AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue dans notre petite famille
Venez, on ne mord pas, et on adore les RP
Sang Pur
Les inscriptions pour des Sang-Purs sont règlementées. Merci de lire ce sujet
Les maisons
Merci de ne pas oublier qu'il n'y a pas que Serpentard et Gryffondor : les Pouffy's ont aussi besoin de vous pour gagner la coupe des maisons !
Hogwarts Games
Vite vite! Viens voir! Le Hogwarts Game de la semaine est lancé : Ici

Partagez | .
 

 Je donne ma langue au chat ? Ҩ Jezabelle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
ღ Hufflepuff ღ
avatar : Jenna-Louise Coleman
Messages : 148
Date d'inscription : 23/02/2015

RP'zone
Sang: né-moldu
Boutique:
Année: 7ieme année
avatar
ღ Hufflepuff ღ
Kairi S. Destiny
                                                          
MessageSujet: Je donne ma langue au chat ? Ҩ Jezabelle  Dim 8 Mar - 16:56

Jezabelle Ҩ Kairi
Je donne ma langue au chat ?


P

lusieurs cours étaient devenus plus difficile qu’auparavant pour moi. Surtout quand il s’agissait d’énoncer des incantations : j’avais tout un autre chemin à faire. D’autres choses à penser pour cela fonctionne. Et comment vous dire que la plupart du temps, ça ne marchait pas du premier coup ? Une fois même ça avait failli dégénérer : mes pensées, ma concentration s’étaient envolées et ça n’avait pas du tout donné ce que j’attendais. Vous savez, le genre de sortilèges qui vous fait déborder un chaudron ou décide de vous faire l’inverse de ce que vous désirez. Ça m’arrive assez souvent, mais j’ai l’habitude depuis ! Puis ça met un peu d’ambiance, de l’ambiance comme on les aime ! Mais actuellement aucune incantation à l’horizon : c’était un cours de l’Histoire de la Magie. Cours que j’avais redécouvert depuis mon accident, c’était le genre de cours qui avaient tendance à mettre de côté : à faire passer les autres avant. Mais maintenant je l’entendais d’une autre oreille et je venais presque à l’aimer ce cours. Pas sûr que tout le monde soit du même avis que moi dans la pièce. Lorsque le cours fut terminé, livres en main et comme tous les vendredis, je me rendais à la bibliothèque. Les habitudes ont très souvent la peau dure. Les miennes ont certainement la peau très dure. C’était pourquoi tous les vendredis j’investissais la bibliothèque, et toujours la même section : celle de l’Histoire des Moldus. Peu de personnes rêvassaient dans cette section, mais étant née moldu la plupart de ces livres représentaient mon ancien quotidien, celui dans lequel j’avais vécu durant plus de onze ans. Tous ces bouquins s’attardaient sur les aspects physiques de la vie sans magie, pas sur le plus important : sur les différentes cultures et tout ce qu’elles pourraient apporter. Enfin pour des sorciers pures souches, je pense bien que le plus important était de savoir comment les Moldus faisaient pour vivre sans magie. Je pouvais comprendre leurs points de vue, j’avais pu comprendre leurs points de vue. Mais si l’on savait chercher correctement parmi toutes ces étagères, on pouvait trouver quelque chose qui sortait de l’ordinaire : on aurait dit un livre spécialement fait pour moi, un livre que j’avais déjà emprunté une dizaine de fois mais que j’empruntais toujours. Un livre pour apprendre la langue des signes. Ce n’était pas quelque chose qu’on retrouvait sur une des étagères des livres d’incantations et j’avais eu la bonne idée de regarder par ici pour en trouver un. Certes peu de gens savent parler cette langue – chez les sorciers ou chez les moldus – mais ça me rassurait de l’apprendre. Attrapant la couverture que je connaissais presque par cœur maintenant, je passais au bureau de la bibliothécaire pour l’emprunter, elle qui semblait avoir maintenant l’habitude de me voir prendre ce livre…

Livre en main, sac sur le dos je rentrais dans la salle commune de Poufsouffle : combien de fois aussi je m’étais déjà trompée sur le rythme des tonneaux. Ce vinaigre était totalement horrible. Rien que d’y penser, je le sentais sur ma peau ainsi que son goût âpre dans la bouche. Nous étions vendredi après-midi, soit la plupart était encore en cours, soit ils ne voulaient pas tout de suite rentrer au dortoir. Cela ne m’étonnait donc pas de ne pas croiser beaucoup de gens, voir même quasiment personne. Rentrant dans mon dortoir, je déposais mon sac un peu brutalement près de mon lit avant de me jeter sur ce dernier, livre en main. Allongée au travers du lit, ma tête et mes pieds en dépassaient. Sortant ma baguette de l’intérieur de ma poche, je tenais le livre face à moi et me concentrais légèrement. Pour lancer mon incantation il me fallait me le représenter pour que ça marche. J’essayais de m’imaginer ce livre volant au-dessus de moi : Wingardium Leviosa, l’incantation s’écrivit dans mon esprit comme si je pouvais la voir inscrite devant moi. Le livre prit peu à peu de la hauteur afin de se retrouver à une distance juste suffisante pour que je puisse lire. C’était comme un énorme livre d’image, image que j’essayais de reproduire avec les mains, d’apprendre à parler à nouveau. Certains étaient très simples à retenir, voir même instinctifs et d’autres beaucoup moins. On pourrait même se demander où est-ce qu’ils étaient allés chercher tout ça ! D’autres me faisaient aussi rire. En gros, il y en avait pour tous les goûts !

Reproduisant les formes et les mémorisant comme je pouvais, un bruit tel un bruit sourd attira mon oreille, ne sachant pas s’il venait de l’intérieur du dortoir – c’est-à-dire de cette pièce – ou s’il venait de la salle commune, perturbée ma concentration s’envola : tout comme le livre. Il fit une chute libre jusqu’à atterrir sur moi, et mon ventre aussitôt que j’avais laissé ma concentration s’envoler. Si me manquais ne serait-ce que la concentration ou la représentation, tout s’écroulait comme un château de cartes. Ou comme un livre volant. Dans un bruit, il me tomba dessus et me coupa le souffle. J’expirais tout mon souffle dans un espèce de petit bruit de bébé qui s’étouffe. Il était en réalité plus lourd que je ne le pensais ! Il ne me semblait pas avoir le même poids lorsque je le portais ! J’espérais que personne n’avait assisté à cela : ou alors il serait déjà en train de rigoler. Ce qui pouvait encore arriver soit dit en passant : ce n’était que maintenant que j’apercevais une ombre. Un hibou, un chat ou une vraie personne ? Depuis combien de temps était-elle déjà là ?

Codes par TheBlackDog – OPL.

____________



©BlackJack
Revenir en haut Aller en bas
ღ Hufflepuff ღ
avatar : Shailene Woodley
Messages : 102
Date d'inscription : 15/02/2015

RP'zone
Sang:
Boutique:
Année:
avatar
ღ Hufflepuff ღ
Jezabelle H. Rosebury
                                                          
MessageSujet: Re: Je donne ma langue au chat ? Ҩ Jezabelle  Jeu 30 Avr - 4:31

Je donne ma langue au chat ?
Kairi & Jezabelle


Je me redressai sur mon banc à la suite d'une bêtise qu'une de mes amies venait de sortir. Je secouai doucement la tête, amusée par les propos. Comme nous étions près l'une de l'autre, peu de gens l'avais entendue, mais comme elle a éclaté de rire, elle a attiré tous les regards sur nous. Je mordis mes joues pour ne pas rigoler, mais le professeur nous fixa avec des gros yeux. Entendant mon amie qui continuait à dire n'importe quoi, je lui donnai un léger coup de coude dans les côtes pour qu'elle se taise. Le prof reprit sa matière alors que nous on recommençait à ricaner en essayant de se faire discrètes. Le cours terminait bientôt et comme mon amie était à Serdaigle, elle devait aller dans un autre cours alors que moi j'avais mon après-midi de libre. Que faire alors? Quand le cours fini, je ramassai mes effets personnels lentement n'ayant rien qui me pressait alors que mon amie disparue comme une flèche pour se rendre a son prochain cours. D'un haussement d'épaule, je lançai mon sac bandoulière sur mon épaule et j'entrepris de rentrer à mon dortoir en me demandant bien ce que j'allais faire de mon après-midi. J'étais à jour dans presque toutes mes matières hormis un devoir que je n'avais pas encore faire en DCFM, mais je n'avais pas envie de me tirer la tête dans les bouquins.... Je l'avais suffisamment fait dernièrement pour mérité un petit après-midi de congé.

J'entrai dans le dortoir quasi désert avec un petit sourire en coin. Comme à mon habitude je m'étais mise à divaguer dans différentes histoires. Parfois je m'en créais quelques-unes comme celle où j'étais capitaine de quidditch de ma maison, mais ça... ça ne risquait pas d'arrivé... Je n'étais pas très à l'aise dans les hauteurs donc j'étais médiocre en vol... J'enviais ceux qui pouvait y jouer! J'aurais apprécié moi aussi si je n'avais pas eu cette peur idiote. Cependant, j'aimais toujours mieux être prise dans les hauteurs que dans une foule. Ah ça non! Ça je n'étais définitivement pas capable de faire ça! J'avais toujours l'impression d'étouffé, que les gens se rapprochaient sans cesse de moi. Je détestait cette sensation de pression qui pesait sur moi à ces moments... Quand il y avait des banquets à l'école, bien sur que j'y participais, mais je ne faisais pas exprès de me tenir dans les grande masse. Je pouvais resté assise à ma table, me tenir en petit groupe, même aller danser, mais jamais au milieu de la foule. Je me tenais plus sur le côté, prête à me retirer s'il y avait quoique ce soit. Oui c'est débile, mais bon je ne suis pas à l'aise dans les grosses foules! Sinon dans les histoires que je me créais, c'était souvent un endroit gigantesque avec des champs à perte de vue. Je me vois marcher dans ces grandes étendues en effleurant du bout des doigts les pousses de blés, rêvassant sous un soleil plombant. J'y serais bien et j'étais contente dans un sens d'être à moitié moldue, du coup j'avais connu le monde des moldu et j'appréciais leur simplicité. Ma grand-mère paternelle habitait sur une ferme et je me souviens que j'adorais y aller pour me promener avec son chien. Je suis une vraie gamine dans l'âme, je l'assumais pleinement!

Je franchit rapidement la salle commune qui était toute sauf bruyante. Les Poufsouffles sont rarement dans les plus bruyants, mais quand ils s'y mettent, ils peuvent l'être... J'entrai dans le dortoir des filles et je la vis en suspension dans les airs. Un sourire en coin effleura mes lèvres, mais en entrant, elle s'écrasa sur son lit. J'étouffai un petit rire naissant dans ma gorge et je lançai mon sac sur mon lit avant de me jeter à côté d'elle sur le ventre. «Hola Chiquita!» Je lui souris largement. Je ne me gênait pas vraiment avec elle, je la considérais comme une très bonne amie! «Alors comme ça on ne me dit plus bonjour quand je rentre? C'est très mal élevé!» Je rigolai en sachant que ce n'était pas de sa faute si elle ne pouvait me répondre et elle savait que je ne faisais que l'agacer. Je pris appui sur mes avant-bras et je regardai le bouquin qu'elle lisait en le retirant de son ventre. «Ta chute était magnifique en passant! Toute en douceur!» Je ris de nouveau avant de la fixer. «Ne me dit pas que c'est tout ce que tu avais prévu pour ton après-midi de libre? Tu n'as pas envie de faire quelque chose d'autres? On pourrait sortir aller prendre l'air vu qu'il fait beau! Ou encore on pourrait faire n'importe quoi sauf rester enfermé ici! Ça pue le cerveau bouilli par les efforts mentaux!» Je souris largement me promettant d'essayer de lui faire faire autre chose que lire. Je me doutais bien que c'était beaucoup moins agréable quand on avait pas la parole, mais quand même! J'affichai des yeux de chat poté pour tenter de l’entraîner avec moi je ne savais où, mais n'importe où sauf resté encabané dans le sous-sol de l'école, dans notre dortoir.

Emi Burton

____________
Don't stop believing
Revenir en haut Aller en bas
ღ Hufflepuff ღ
avatar : Jenna-Louise Coleman
Messages : 148
Date d'inscription : 23/02/2015

RP'zone
Sang: né-moldu
Boutique:
Année: 7ieme année
avatar
ღ Hufflepuff ღ
Kairi S. Destiny
                                                          
MessageSujet: Re: Je donne ma langue au chat ? Ҩ Jezabelle  Mar 5 Mai - 18:35

Jezabelle Ҩ Kairi
Je donne ma langue au chat ?


A

u fond être dans ma condition m’avait appris à faire plusieurs choses en même temps : à concentrer mon esprit sur un sortilège, à penser à autre chose et à faire bouger mes mains en même temps. Léviter, lire et apprendre la langue des signes dans mon cas présent ! Mais la contrepartie étant qu’à la moindre déconnexion, tout s’arrêtait. Très brusquement. Alors même si j’étais dans mon dortoir – où je ne devrais donc pas avoir peur de quelque chose – entendre ce bruit m’avait effrayé. Après tout le dortoir des Poufsouffles n’était certainement pas le plus bruyant du château et surtout pas par un jour pareil ! J’étais une des seules à avoir rejoint ces quartiers, les autres auront certainement préférés la lueur du soleil au sous-sol. C’est pourquoi je ne m’attendais pas à entendre de bruit, car personne n’était réellement supposé être ici. Ce bruit me fit perdre toute concentration, et tout retombait telle une masse. Même ce bouquin qui me paraissait maintenant beaucoup plus lourd ! Tournant la tête désireuse de savoir d’où venait ce bruit, quelqu’un entra dans mon champ de vision. Une personne que je connaissais très bien vu qu’on partageait depuis ma deuxième année ici le même dortoir. J’entendis un léger petit rire venant d’elle avant de voir son sac voler afin d’atterrir sur son lit et de par la suite venir coloniser le mien en se jetant dessus à côté de moi à plat ventre. Mon dos sentit le lit se plier légèrement avant de rebondir face à son geste. Un sourire naissait sur mes lèvres et je comprenais que le bruit venait d’elle lorsqu’elle avait ouvert la porte. C’est vrai qu’elles ont parfois tendance à grincer comme si on était dans un véritable château hanté ! « Hola Chiquita! » Je riais face à sa façon de me saluer. Rire était aussi quelque chose qui pouvait étonner les personnes en face de moi : car l’expression était là – c’est-à-dire les yeux fermés, le large sourire, la bouche ouverte, ainsi que les soubresauts du corps – mais le son était absent. Comme une télé où on aurait activé le bouton ‘’mute’’. Je la saluais d’un petit signe de la main. « Alors comme ça on ne me dit plus bonjour quand je rentre? C'est très mal élevé! » Secouant la tête, je lâchais un petit soupir. Jezabelle adorait me taquiner là-dessus : elle était la première à me faire des blagues sur ma condition de muette et même si je soupirais quasiment à chaque fois face à ses remarques, je devais bien avouer qu’intérieurement je les appréciais. Quand d’autres – ou encore moi-même – voyait cela tout en noir, elle était bien une des seules à apporter de la lumière comme ça.

Riant elle aussi, elle se redressa sur ses coudes afin d’observer le bouquin que j’étudiais auparavant. « Ta chute était magnifique en passant! Toute en douceur! » J’abordais une grimace quelque peu gênée face à elle : le genre de celles qui voulaient dire ‘’oops, tu as vu ça toi ?’’ J’étais devenue encore plus expressive qu’avant : mon visage trahissait maintenant la moindre de mes émotions, de mes sentiments. Après tout c’était le seul moyen qu’il me restait afin de faire passer un message, hormis les messages écrits. « Ne me dit pas que c'est tout ce que tu avais prévu pour ton après-midi de libre? » Haussant les épaules je faisais la moue : non effectivement je n’avais rien prévu d’autre vraiment. Disons même que je n’y avais pas vraiment réfléchi ! « Tu n'as pas envie de faire quelque chose d'autres? On pourrait sortir aller prendre l'air vu qu'il fait beau! Ou encore on pourrait faire n'importe quoi sauf rester enfermé ici! Ça pue le cerveau bouilli par les efforts mentaux! » En prime de tout ça, Jezabelle sortit son arme secrète : les yeux du chat Potté. Son arme afin que n’importe quelle demande passe telle une lettre à la poste. Riant silencieusement à nouveau, je pris le livre qui avait établi domicile sur mon ventre afin de le poser à côté de moi et de me redresser pour attraper le calepin et le stylo qui trônait sur ma table de nuit. Toujours efficace pour communiquer ! Après tout je ne crois avoir encore rencontré personne qui ne parlait la langue des signes. Alors pourquoi est-ce que je l’apprenais au fond ? Certainement pour me rassurer moi-même : pour trouver un autre moyen de parler.

Secouant la tête de gauche à droite et abordant une mine pensive, je la faisais mariner encore un peu. Même si ma décision était déjà prise. Il ne m’avait pas fallu grand-chose pour changer d’avis. Je griffonnais quelques mots sur le papier avant de retourner le carnet vers elle afin qu’elle puisse y lire : « A une seule condition… Qu’un jour tu m’apprennes à faire pareil ! C’est toujours moi qui dois céder, c’est pas juste ! » Un large sourire étira mes lèvres : comme ça lorsque j’aurais appris la maîtrise du maître, le Padawan pourra à son tour lui jouer de mauvais tours… J’en étais sûre qu’intérieurement elle jubilait : de voir que sa technique avait à nouveau marchée ; ça marchait trop bien sur moi ! J’ajoutais en griffonnant à nouveau : « Mais vu que c’est ton idée, c’est à toi de m’impressionner et de trouver ce que tu veux faire ! Et attention je serais encore plus exigeante que d’habitude ! Car tu m’as enlevé à ma FABULEUSE lecture ! Et je vais fermer les yeux jusqu’à la surprise ! » J’appuyais le tout avec un petit mouvement d’index de gauche à droite avec une petite mine qui voulait dire ‘t’as plutôt intérêt à te surpasser’. Bien sûr c’était de l’ironie : le rire qui suivit le traduisait plutôt bien. En plus des lettres en majuscules : j’avais parfois l’habitude d’écrire en majuscules lorsque je faisais de l’ironie. Histoire que tout le monde puisse bien comprendre, car l’ironie a parfois plus de mal à se faire entendre par l’écrit.

M’exécutant donc comme je l’avais signalé, j’inspirais un grand coup avant de fermer les yeux : prête à les laisser fermer jusqu’à ce qu’elle me guide jusqu’à son idée.

Codes par TheBlackDog – OPL.

____________



©BlackJack
Revenir en haut Aller en bas
ღ Hufflepuff ღ
avatar : Shailene Woodley
Messages : 102
Date d'inscription : 15/02/2015

RP'zone
Sang:
Boutique:
Année:
avatar
ღ Hufflepuff ღ
Jezabelle H. Rosebury
                                                          
MessageSujet: Re: Je donne ma langue au chat ? Ҩ Jezabelle  Mer 6 Mai - 19:46

Je donne ma langue au chat ?
Kairi & Jezabelle


Je savais que les yeux de chat poté fonctionnaient toujours avec elle et j'en profitais seulement dans les occasions où je désirais vraiment qu'elle change d'idée. J'avais cru que c'était un de ces cas-là aujourd'hui et je m'en étais servie! Au plus grand bonheur, elle avait dit oui! Non pas sans me faire rigoler à fond par contre! Je la trouvais toujours drôle lorsqu'elle riait parce qu'aucun son ne sortait. Elle semblait figée si ce n'était pas du léger mouvement d'épaule qui accompagnait le tout. À chaque fois, je ne pouvais pas m'empêcher de rire un petit peu! Je devais apprendre à décrypter tous les signes qui passaient sur son visage parce que sinon... elle était impossible à comprendre. Au moins.... elle était très démonstrative! C'était déjà un gros plus! Remarquez qu'elle n'avait pas trop le choix si elle voulait se faire comprendre d'une quelconque façon! J'adorais cette fille, malgré ce qui lui arrivait, elle réussissait à garder le moral la plus part du temps! Je ne pouvais que l'admirer de réussir cela. Perdre la voix comme elle m'aurait probablement démoralisée.... Certes, Kairi n'avait pas beaucoup d'autres chose que d'endurer sa condition, mais quand même! Elle était beaucoup plus joyeuse que bien des gens qui n'ont absolument rien...

Je la fixai ranger son livre alors que je me retournais sur le dos pour ensuite m'asseoir sur son lit. Je faisais toujours ça avec elle quand elle était là. J'aimais sauter sur son lit alors qu'elle était concentrée. Oui, bon ce n'était probablement pas toujours sympathique de ma part de lui faire perdre sa concentration, surtout qu'elle lui était très importante, mais je savais qu'au fond, elle ne m'en voulait pas. J'eux un léger froncement de sourcil lorsque je lu ce qu'elle avait écrit et j'affichai une petite moue. «Roh c'est pas juste! C'est ma seule arme qui fonctionne sur toi! Je ne suis pas pour te la donner! Tu es déjà adorable juste avec toute tes mimiques vu que tu as donné ta langue au chat! Et puis je sais que c'est l'une des meilleures façons pour que tu me suive dans mes plans fous! » Je rigolai et je me relevai sur mes pieds en poussant un léger soupir. «Mais bon, peut-être que je pourrais t'apprendre... On pourrait avoir bien des choses nous deux avec cette face-là! Se serait drôle! Mais tu ne pourras pas t'en servir contre moi! Ça se serait injuste! J'ai une marque déposée là-dessus moi! » Je lui souris largement en affichant une tête d'ange. Si je lui donnais la possibilité de faire ça avec moi, allez savoir ce qu'elle serait capable de me faire faire...  

Je la fixai en train de gribouiller autre-chose sur son calepin puis j'éclatai de rire en lisant ce qui était écrit. Je secouai la tête et haussai les épaules. Il me restait quoi à faire avec elle pour l'épater? J'étais toujours en train d'essayer de trouver une nouvelle idée parce que c'était toujours la même histoire quand je gagnais mon point. «C'est trop injuste! Je décides toujours!» D'un large sourire, je la regardai fermer les yeux. Le pire c'était que je pourrais lui faire le coup de disparaître comme ça. Elle n'était pas sourde, mais elle ne pourrait pas me sommer de revenir en me criant dessus! Je n'entendrais rien! Je réfléchis avant de la prendre par les épaules et de l’entraîner en dehors du dortoir. Je l'avertissais en présence de marche et d'obstacle en attendant de sortir du dortoir et une fois dans les corridors, je lui pris simplement la main en répétant la même opération. Je n'avais pas envie qu'elle se blesse alors que je voulais seulement aller aux cuisines pour le moment. Ce n'était pas vraiment une surprise, j'étais gourmande de glaces ces derniers temps et j'avais envie d'en prendre une. En arrivant aux cuisines, je l'arrêtai tout près et j'hésitai entre lui prendre quelque chose et repartir avec elle alors qu'elle avait toujours les yeux fermés... ou... «Ça y est! Tu peux ouvrir les yeux!» Je rigolais silencieusement parce que ce n'était pas ce que je voulais faire de mon après-midi. Seulement, je me doutais que son visage vaudrais milles mots. «Allez! Je sais que ça t'enlève les mots de la bouche! Tu peux me le dire tu sais! » J'étais fière de ma bêtise avant de secouer la tête. «Non sérieusement, on ne fait qu'un arrêt au puits et on sort dehors! Il fait trop beau pour être encabanées! Je voulais juste un petit snack avant de sortir!» Je tournai les talon pour aller me chercher de la crème glacée et revenir vers mon amie en lui en ramenant. Si elle ne la voulait pas au pire je la mangerais moi-même (a).

En commençant à manger, je lui souris en réfléchissant toujours à ce qu'on pourrait faire. J'avais quelques idées, mais quelques-unes n'était pas recommandable et j'ignorais si elle voudrait y participer. Je mordis mes joues avant de me lancer. « Alors je te donne des chiffres et tu n'auras à me montrer celui que tu veux faire avec tes doigts!» Au moins comme ça on allait se comprendre plutôt qu'avec des signes de tête qui pouvaient parfois être ambiguës entre un oui, un non et un peut-être. « Donc... 1 on pourrait aller au lac. 2 on va dans le parc et on fait la grande étoile au soleil. 3 on va à Pré-au-Lard se pavaner et 4 on va à la cabane hurlante!» L'idée d'aller à la cabane hurlante me plaisait bien, mais ce n'était pas tout le monde qui appréciait s'approcher de cette maison qui pouvait donner la chair de poule. Dans les quatre cas, cela m'allait. Je savais que je n'étais pas plus originale que les dernières fois, mais essayer de trouver quelque chose d'unique à faire ici... ça devient quand même compliqué... Ça revient souvent au même malgré tout et malgré que ce soit un monde magique! On était pas pour s'amusée à se lancer des sorts, se serait complètement stupide... Drôle par moment, mais totalement stupide pour le reste! J'attendais son verdict pour me mettre en marche vers l'endroit qu'elle choisirait.


Emi Burton

____________
Don't stop believing
Revenir en haut Aller en bas
ღ Hufflepuff ღ
avatar : Jenna-Louise Coleman
Messages : 148
Date d'inscription : 23/02/2015

RP'zone
Sang: né-moldu
Boutique:
Année: 7ieme année
avatar
ღ Hufflepuff ღ
Kairi S. Destiny
                                                          
MessageSujet: Re: Je donne ma langue au chat ? Ҩ Jezabelle  Dim 10 Mai - 17:26

Jezabelle Ҩ Kairi
Je donne ma langue au chat ?


A

voir le sourire aux lèvres et être entourée de gens qui eux aussi l’avaient, qui savaient le communiquer : c’était surtout ce dont j’avais besoin en ce moment. Sinon j’aurais déjà sombré depuis bien longtemps, mais j’avais trouvé ma bouée de sauvetage en quelque sorte là-dedans. Alors j’avais aussi appris à éviter les élèves avec trop d’ondes négatives, ceux qui risqueraient de faire ressortir mon côté dépressive et ceux qui au fond n’étaient là que quand tout allait bien et qui dès le moindre problème fuyaient en courant. Ça aussi je l’avais appris. Jezabelle avait réussi à me faire changer d’avis, mais il y avait un léger prix à cela : c’était toujours moi qui étais prise au piège, j’aurais bien voulu une fois retourner la situation pour voir ce que cela donne. « Roh c'est pas juste! C'est ma seule arme qui fonctionne sur toi! Je ne suis pas pour te la donner! Tu es déjà adorable juste avec toute tes mimiques vu que tu as donné ta langue au chat! Et puis je sais que c'est l'une des meilleures façons pour que tu me suive dans mes plans fous! » Donner ma langue au chat, elle adorait me sortir cette blague, ça devait d’ailleurs une de celles qu’elle utilisait le plus souvent ! Je souriais face à sa remarque, pendant ce temps elle se leva à nouveau en riant elle aussi : « Mais bon, peut-être que je pourrais t'apprendre... On pourrait avoir bien des choses nous deux avec cette face-là! Se serait drôle! Mais tu ne pourras pas t'en servir contre moi! Ça se serait injuste! J'ai une marque déposée là-dessus moi! » Résignée à accepter ses conditions en plus de la mienne, j’hochais la tête puis levais mon pouce comme signe d’approbation. Je n’aurais qu’à le tester sur quelqu’un d’autre alors, pour peut-être finalement une fois quand même essayer sur elle ? Toujours est-il que si elle avait réussi à me faire changer d’avis, c’était à son tour de sortir ses arguments : je lui annonçais que c’était à elle de décider ce qu’on allait faire, en plus d’essayer de me surprendre ! Je savais bien qu’autant que ce château soit impressionnant et majestueux, les activités en dehors des cours revenaient très souvent au même malgré toute l’inventivité de mon amie. « C'est trop injuste! Je décides toujours! » Haussant les épaules, je fermais les yeux. C’était son idée, à elle d’assurer maintenant !

Après quelques instants, elle se décida finalement à me prendre par les épaules afin de m’entraîner en dehors du dortoir. Elle m’avertissait à chaque petit obstacle – même si un bleu ou un coup en plus, ça ne serait rien pour moi, vu que je suis déjà une maladroite à la base ! –, j’avais compris que nous étions enfin sorties de chez les Poufsouffle lorsqu’elle préféra me prendre la main pour me guider. Je me laissais d’ailleurs guider sans broncher, attendant que l’on s’arrête et que j’ai l’autorisation d’ouvrir les yeux. Ce qui ne mit d’ailleurs pas beaucoup de temps à arriver ! « Ça y est! Tu peux ouvrir les yeux! » J’ouvrais les yeux mais le spectacle qui s’offrait à moi me laissa perplexe. En effet, le jeune Blonde m’avait traîné jusqu’aux cuisines. Mais pourquoi ? Elle voulait vraiment passer l’après-midi à manger jusqu’à n’en plus pouvoir ? Fronçant les sourcils, je faisais une légèrement grimace ne comprenant pas réellement où elle voulait en venir, jusqu’à ce qu’elle parle : « Allez! Je sais que ça t'enlève les mots de la bouche! Tu peux me le dire tu sais! » ça, ça sentais la blague à plein nez. En représailles face à sa remarque, je lui tirais la langue. Prendre avec autant de légèreté ce qui m’arrivait : il n’y avait qu’avec elle que je pouvais faire ça ! « Non sérieusement, on ne fait qu'un arrêt au puits et on sort dehors! Il fait trop beau pour être encabanées! Je voulais juste un petit snack avant de sortir! » Aussitôt dit, aussitôt fait : elle se dirigea vers les congélateurs afin d’en sortir deux crèmes glacés ; elle me tendit d’ailleurs la deuxième que je finissais par accepter. Si déjà, autant en profiter !

Enlevant le papier qui recouvrait ma glace bleue – une glace à l’eau au sel de mer – je commençais à la manger, alors que je la voyais en pleine réflexion, en pleine ébullition. « Alors je te donne des chiffres et tu n'auras à me montrer celui que tu veux faire avec tes doigts! Donc... 1 on pourrait aller au lac. 2 on va dans le parc et on fait la grande étoile au soleil. 3 on va à Pré-au-Lard se pavaner et 4 on va à la cabane hurlante! » La cabane hurlante, ce nom m’interpellait. J’avais déjà entendu ça quelque part, mais j’avais du mal à me rappeler où. Autant dire que lorsqu’on était née Moldu, certaines légendes, traditions ou encore coutumes m’étaient encore inconnues malgré toute l’énergie que j’avais dépensé en 1ère année afin de rattraper le plus possible mon retard. En plus avec le nom qu’elle avait cette Cabane, ça ne me disait rien qui vaille. Jezabelle est la courageuse, la téméraire ; moi je suis juste curieuse. Ça n’avait pas la même force. Mais j’étais curieuse de savoir où j’avais entendu ce nom ; alors je me débrouillais. La glace coincée entre mes lèvres, je me dépêchais de sortir mon calepin et mon stylo. La glace était glacée – car après tout c’est bien le but d’une glace ! – mais la sensation de froid augmentait de plus en plus, et je ne suis pas sûre qu’atteint une certaine limite, cela reste très agréable. Ayant fini de griffonner ce que je voulais, je lâchais le stylo – car ce dernier était accroché par une ficelle au carnet – et reprenant dans une main le bâtonnet de glace, je tournais la page vers elle : « La Cabane hurlante, j’en ai déjà entendu parler, mais c’est quoi de nouveau déjà ? Un truc hanté, non ? » Elle, elle le savait certainement ce que c’était vu qu’elle voulait m’embarquer là-dedans. « Un truc qui fait peur, non ? » Avais-je ajouté rapidement en me servant d’un des plans de travail comme appui, ce qui m’aida grandement ! Je dois avouer que des trucs qui font peur, j’avais donné pour les prochaines années à venir !

Alors je dois bien avouer que des quatre options, je pencherais plutôt pour la troisième, quoiqu’un peu indécise. Affichant le nombre trois avec mes doigts, je l’interrogeais du regard en haussant des épaules. Peut-être qu’elle avait encore d’autres arguments pour me faire changer d’avis ? Ou alors mon choix lui allait ?

Codes par TheBlackDog – OPL.

____________



©BlackJack
Revenir en haut Aller en bas
ღ Hufflepuff ღ
avatar : Shailene Woodley
Messages : 102
Date d'inscription : 15/02/2015

RP'zone
Sang:
Boutique:
Année:
avatar
ღ Hufflepuff ღ
Jezabelle H. Rosebury
                                                          
MessageSujet: Re: Je donne ma langue au chat ? Ҩ Jezabelle  Mer 13 Mai - 17:54

Je donne ma langue au chat ?
Kairi & Jezabelle


J'étais trop fière de moi! J'avais eu l'effet escompté sur ma "surprise" à Kairi. Je ne comptais vraiment pas resté dans le château aujourd'hui, mais sincèrement, je n'avais pas pu m'empêcher d'en profiter, sachant qu'en plus j'avais faim. Je l'imitai en retirant l'emballage de ma friandise glacée en rigolant devant son unique réponse... Une belle grosse grimace! Je me contentai de lui servir un immense sourire. «Tu sais bien que c'est parce que je t'aime bien que je suis comme ça avec toi hein! Et puis j'avais faim! Je ne te ferais rien de bien méchant, tu me connais!» Je lui souris en coin. J'étais compatissante avec elle. Je ne savais pas ce qu'était vraiment son calvaire, mais pour l'avoir connue avant qu'elle soit prise dans cette condition, je savais qu'elle ne méritais pas du tout ce qui lui arrivait! Cette fille avait toujours été munie d'une grande joie de vivre et tout ce qui allait avec. J'avais été peinée pour elle quand j'avais su et malgré mes blagues idiotes comme quoi elle a perdu l'usage de la parole, le but n'était pas de la faire chier, mais peut-être de l'aider dans son deuil? Je n'avais pas de raison précise, mais je n'avais pas envie de la voir se chagriner pour cela. Je pouvais comprendre combien c'était dur, mais en tant que tel, je ne pouvais que m'imaginer sa situation... Je ne pouvais pas si bien comprendre parce que ça ne m'arrivait pas à moi précisément.

Je lus les quelques mots griffonnés sur son calepin et je souris en coin. Hochant la tête pour signifier que la Cabane Hurlante était belle et bien un endroit qui faisait peur, je me doutais que ça ne lui plairait pas tant que cela. Comme j'étais une sang-mêlée, j'avais une connaissance plutôt globale des contes et légendes des deux mondes. La Cabane Hurlante, je la considérais comme un mythe... Enfin... Pour le moment. Je l'avais déjà vu de loin, mais aucune de mes amies n'avaient voulu franchir la barrière qui voulait nous empêcher d'y aller. La curiosité me tenait et j'essayais toujours de me trouver quelqu'un pour y aller. Je n'osais pas vraiment en parler à mes amis garçons puisque j'étais sûre que tout ce qu'ils chercheraient à faire, c'était de me faire sursauter. Je voulais découvrir avec une grande dose d'adrénaline oui, mais pas de là me faire assez peur pour que je ne veuilles plus jamais y mettre les pieds. Ce n'était pas mon but! «En fait, apparemment qu'elle fait peur et on dit qu'elle est hanté, mais on dit que c'est plutôt à cause qu'on l'entend grincer et que le vent souffle en travers de la Cabane... Que c'est tout ce qui fait peur... Sans plus!» Je voulais savoir, mais je finirais un jour par y aller seule s'il le fallait que se sache ce que c'était vraiment.

À son choix, je souris et je glissai un bras sous le sien pour prendre la route de Pré-au-Lard. Peut-être qu'on pourrait s'arrêter dans différentes boutiques et faire un peu de lèche-vitrine. Je n'étais pas vraiment de ce genre là, ayant de petites tendance à être garçon manqué, mais j'étais comme toutes les autres aussi, par moment j'aimais me sentir femme. Faire les boutiques à moins que ce ne soit chez Zonko ou encore chez Honeydukes, je ne les faisais pas. Je prenais mon temps à me promener dans les rues et je finissais pas rentrer. J'ignorais si ma vis-à-vis en faisait d'autres. Dans le pire des cas, je n'aurais qu'à la suivre et qui sait, peut-être que j'aurais un coup de coeur pour une autre boutique. «Au fait! Désolée pour mon arrivée remarqué de tout à l'heure, je sais à quel point ta concentration est importante!» Je rigolai. «Pour réussir à me supporter ainsi...» Comme j'allais formulé ma phrase autrement, mais je me retins. J'allais plutôt dire : pour réussir à me supporter sans dire un mot, mais je crois que je lui en avais suffisamment sorti des blagues pourries pour le moment. «Je vais te laisser te choisir un petit quelque chose que je veux t'offrir, mais comme j'ignore ce que tu voudrais, je te laisse décidé et je te le donnerai!» Je lui souris en coin en même temps qu'on sortait à l'extérieur sous le soleil resplendissant. Fermant les yeux un court instant, je tournai mon visage vers la jaune et noire qui m'accompagnais et je détaillai quelque peu son visage. «En espérant que notre sortie te fasse un peu de bien!» Je continuai de marcher vers notre destination, en chantonnant légèrement et simplement par plaisir et d'autant plus que j'avais tendance à partager ma bonne humeur, eh bien des fois en chantonnant c'était mon moyen de la partager justement...


Emi Burton

____________
Don't stop believing
Revenir en haut Aller en bas
ღ Hufflepuff ღ
avatar : Jenna-Louise Coleman
Messages : 148
Date d'inscription : 23/02/2015

RP'zone
Sang: né-moldu
Boutique:
Année: 7ieme année
avatar
ღ Hufflepuff ღ
Kairi S. Destiny
                                                          
MessageSujet: Re: Je donne ma langue au chat ? Ҩ Jezabelle  Lun 18 Mai - 23:36

Jezabelle Ҩ Kairi
Je donne ma langue au chat ?


T

« u sais bien que c'est parce que je t'aime bien que je suis comme ça avec toi hein! Et puis j'avais faim! Je ne te ferais rien de bien méchant, tu me connais! » Me répondit Jezabelle avec un petit sourire en coin. Je luis répondis avec un large sourire en hochant la tête. Tout le monde aurait pu être déconcerté face à ses blagues et toutes ses remarques, mais c’est comme elle le disait : c’est bien parce qu’elle m’aimait bien qu’elle était comme ça avec moi. Je le savais et c’était bien ce que j’appréciais avec elle. Elle n’avait pas réellement changé entre avant et après mon incident : son comportement était dans la continuité. Alors que certains avaient décidé de se radoucir comme du beurre au soleil, quitte à ne presque plus me parler normalement ; d’autres avaient tout simplement cessé toute communication. Alors que j’avais besoin de ce genre de comportement, très joyeux, afin d’en tirer moi-même profit ! Alors comme pour répondre à sa remarque, je lui fis un petit clin d’œil. Alors qu’elle me proposait ses 4 différentes idées de sortie je l’avais questionné sur la Cabane Hurlante : ça me rappelait être une des légendes ou mythes que j’avais entendu par ici mais impossible de me souvenir de son histoire en entière. « En fait, apparemment qu'elle fait peur et on dit qu'elle est hanté, mais on dit que c'est plutôt à cause qu'on l'entend grincer et que le vent souffle en travers de la Cabane... Que c'est tout ce qui fait peur... Sans plus! » Ah une maison hantée, c’est bien ce que je pensais : c’était les seuls petits souvenirs qu’ils me restaient. Je n’étais pas très friand de ce genre de choses d’ordinaire : disons qu’étant gamine les histoires de fantômes autour du coin du feu, surtout avec les garçons qui adoraient vous faire peur, ça reste marquer dans les esprits. Voyant son regard, je savais qu’elle, elle était déterminée à y aller. A voir si le mythe de la Cabane Hurlante est bien réel ou non. Avant mon accident, je crois qu’elle n’aurait pas réussi à me convaincre. Mais j’avais quelque peu changée depuis, malgré les nouveaux inconvénients que cela m’avaient rapporté, je voulais vivre ma vie comme je le voulais : vu que j’avais déjà perdue quelque chose d’important pour moi. Raisonnée, j’écrivis à nouveau : « On ira y faire une excursion une fois. Dès que toute l’agitation se serait calmée… » Jezabelle arrivait toujours à m’embarquer dans ses plans ! Mais je serais plus rassurée donc si on remettait cette excursion à plus tard, lorsque toute cette histoire sera terminée. J’en serais moi-même rassurée de ne pas avoir à craindre une histoire de fantôme et un tueur en série. Je levais mon petit doigt attendant qu’elle fasse de même, signe de la promesse que je lui faisais.

Finalement ayant opté pour un choix plus serein, une sortie à Pré-au-Lard : me prenant par le bras, décida de me guider jusqu’à la ville ; chacune avec sa glace dans la main. Nous n’avions pas l’habitude de pouvoir sortir aussi librement jusqu’à Pré-au-Lard, mais ces visites ont été réinstauré cette année – et ce n’était pas moi qui allait me dresser contre ça !—. Mon amie Pouffy semblait déjà avoir ses habitudes et ses magasins préférés ici, et je la laissais partir vers Honeyduckes – la boutique de confiserie – et vers Zonko – le magasin de farce et attrape –. Disons que j’avais plutôt tendance à suivre les autres, en cas de grande après-midi shopping que de mener le groupe tout entier. Mon regard vagabondait devant toutes ces vitrines qui rivalisaient de sortilèges afin de les rendre les plus attrayantes possibles ! Ebahie devant certaines vitrines j’avais même dans étoiles dans les yeux, comme une gamine qui voyait ses cadeaux sous le sapin, le soir de Noël. Ma glace terminée, je lançais mon bâtonnet de glace dans la poubelle juste à côté. Qui bien sûr tapa sur le rebord de la poubelle avant de terminer sa chute par terre. Je me dépêchais de le ramasser afin de le mettre finalement moi-même dans cette fameuse poubelle, lorsque  Jezabelle choisit ce moment pour revenir. « Au fait! Désolée pour mon arrivée remarqué de tout à l'heure, je sais à quel point ta concentration est importante ! » Je la rejoignis dans son rire, avant de lui faire un petit signe de la main, lui signifiant que ce n’était pas grave, c’était déjà oublié. Mais elle avait raison sur un point : j’avais effectivement besoin d’être beaucoup plus concentrée en ce moment, afin de pouvoir maintenir le sortilège efficace. Les Informulés c’était une toute autre manière de penser les incantations ! « Pour réussir à me supporter ainsi... Je vais te laisser te choisir un petit quelque chose que je veux t'offrir, mais comme j'ignore ce que tu voudrais, je te laisse décidé et je te le donnerai! » Quelque peu gênée, je ne savais que trop quoi répondre, intérieurement touchée par son futur geste. Tournant son visage vers moi, elle continua : « En espérant que notre sortie te fasse un peu de bien! » Avec un petit sourire, je m’assurais qu’elle me regardait toujours bien – et quelque peu feignante de sortir mon calepin pour un seul petit mot – j’articulais un petit « Mer-ci ». En séparant bien les deux seules syllabes, on pouvait facilement le comprendre. Surtout que c’était quelque chose de courant avec moi : c’était certainement encore un des seuls mots que je pouvais articuler. Même si les gens n’étaient pas doués pour lire sur les lèvres, celui-ci était très pratique à exprimer et à comprendre.

En marchant, mon amie chantonna légèrement et ma tête se balança d’elle-même au rythme de la mélodie. Mon regard passait toujours d’une vitrine à l’autre, jusqu’à que ce dernier se pose sur celle de chez Derviche et Bang. Le magasin qui vendait ou réparer des objets magiques. Un petit objet volant non-identifié avait attiré mon attention : l’attrapant à mon tour par le bras, je l’entraînais à l’intérieur de la boutique. Mon regard chercha automatiquement l’objet : un des employés sembla le remarquer très rapidement. Il rattrapa l’objet qui se révéla être un oiseau, il tapota sur ce dernier avec sa baguette : il se tue et il cessa de bouger à l’intérieur de sa main. « Vous pouvez essayer. Tapez deux fois avec votre baguette dessus, et pensez à un chant. » Déposant l’oiseau à l’intérieur de ma paume, je sortis ma baguette de ma poche intérieure, fermais les yeux pour me concentrer et tapa deux fois dessus comme il me l’avait indiqué. Cette concentration était un jeu d’enfant pour moi. L’instant d’après, l’oiseau s’envola à nouveau et virevolta autour de ma tête, tout en émettant un joli chant : le chant des oiseaux que l’on pouvait entrer sur la plage de Brighton, là où j’avais si longtemps habité auparavant. C’était le chant avec lequel j’avais vécu durant toute mon enfance et il avait presque réussi à me rendre nostalgique, tellement la ressemblance était frappante. Mes yeux brillaient, telle une gamine qui venait de voir la plus belle chose au monde. Reprenant mes esprits, j’écrivis rapidement sur mon calepin, pour Jezabelle : « C’est le chant des oiseaux que je pouvais entendre de ma fenêtre. Le chant des oiseaux de la plage de Brighton… Je t’ai déjà dit que j’avais habité à côté d’une plage au moins ? » La fin était ponctuée d’un léger sourire : je devais dire que je ne savais plus si depuis le temps elle le savait. « Qu’il faisait beau ou non, ils étaient toujours là, comme s’ils attendaient que j’ouvre le volet ou que je regarde par la fenêtre pour chanter. C’était chouette. » J’avais encore et toujours un petit pincement au cœur lorsque j’en parlais, parce que me rappeler de ces bons souvenirs, me faisait également penser à comment nous nous étions séparés avec mes parents… N’y faisant plus attention, ce n’est qu’en sentant l’oiseau mécanique se poser sur mon épaule, que je souris à ce dernier, avant d’écrire une dernière fois : « C’est sympa, non ? »

Codes par TheBlackDog – OPL.

____________



©BlackJack
Revenir en haut Aller en bas
ღ Hufflepuff ღ
avatar : Shailene Woodley
Messages : 102
Date d'inscription : 15/02/2015

RP'zone
Sang:
Boutique:
Année:
avatar
ღ Hufflepuff ღ
Jezabelle H. Rosebury
                                                          
MessageSujet: Re: Je donne ma langue au chat ? Ҩ Jezabelle  Ven 5 Juin - 5:00

Je donne ma langue au chat ?
Kairi & Jezabelle


Je ne pus m'empêcher de prendre son petit doigt avec le mien pour sceller notre entente. C'était sûr que je ne l'obligerais jamais à faire quelque chose qu'elle ne voulait pas et que si jamais elle voulait briser cette promesse, je ne lui en tiendrai pas rigueur. Néanmoins, un grand sourire avait fendu mon visage parce que ça me réjouissais de trouver enfin une personne qui pourrait peut-être m'accompagner sans risquer de me faire la peur de ma vie sur une maison banale en tant que tel. Je pouvais comprendre aussi qu'avec tout ce qui lui arrivait qu'elle n'ait pas envie de se lancer immédiatement dans ce périple avec moi. Kairi était plus fragile que moi pour des histoires comme celle de la Cabane Hurlante alors je comprenais très bien, mais je la comprenais aussi face à ce tueur en série qui était dans les couloirs du château en liberté. Il y avait toujours un risque de le croiser dans les couloirs en finissant des travaux plus tard le soir… J'avoue que moi-même je n'en étais pas très rassurée. Oui, il m'arrivait de faire des blagues, de sembler prendre cette histoire à la légère, mais au fond de moi, il y avait toujours une petite peur sourde qui rôdait. J'avais tout sauf l'envie de me retrouver face à ce débile mental qui prenait plaisir à enlever la vie à des filles innocentes qui ne demandaient rien de plus qu'une belle vie avec un happy ending

J'avais eu une certain crainte qu'elle refuse mon offre de lui faire un présent. Je savais que je n'étais pas toujours évidente dans mon genre, que parfois je pouvait être un peu envahissante ou par moment un peu trop dans ma bulle que je ne voulais voir personne. De norme, je savais plutôt me contrôler et souvent j'avais un très bon juste milieu, mais Kairi était dans mon dortoir alors mes sautes d'humeurs quand je n'allais pas bien, elle les connaissaient… Lui offrir un petit quelque chose c'était simplement pour la remercier, surtout de sa patience… La jaune et noire qui m'accompagnait avait entreprit – en plus de m'endurer – de m'aider avec les sortilèges informulées. Elle, elle était passée presque maître puisqu'elle ne pouvait plus parler… Moi j'avais encore l'usage de ma parole et il m'arrivait de perdre patience… alors je me mettais à murmurer ou encore à grogner… parfois à bouder l'exercice pendant un moment… Hum ouais… par moment la patience ce n'était pas mon fort, surtout quand ça faisait un bout que ça ne fonctionnait pas comme je l'entendais… Ouups!

Kairi sembla finalement trouver quelque chose qui lui plaisait. Intriguée, je la suivis pour voir ce qui avait attiré son attention. Je fronçai légèrement les sourcils comme si ça allait m'aider à mieux le voir puis un sourire en coin s'étira sur mes lèvres. C'était délicat comme objet, mais en même temps c'était tout à fait mon amie du même coup. Je regardai un court instant l'oiseau qui volait dans les air à jouer sa mélodie avant de jeter un coup d'oeil en coin à mon amie. Elle semblait charmée. Je me penchai sur ce qu'elle écrivait sous le regard interrogateur du vendeur. Un petit air moqueur s'afficha sur mon visage, mais je ne passai pas de remarque comme je savais si bien le faire normalement. «Euh… Il me semble que tu m'en as déjà glissé quelques mots oui, mais sans vraiment t'étendre sur le sujet...» Je reportai mon attention sur l'oiseau quelques secondes. Je ne pouvais pas faire autrement avec elle que de lire ce qu'elle écrivait pour qu'on se comprenne alors… D'un hochement de tête, je lui signifiai mon approbation à ce qu'elle me disait. «Personnellement j'adore!» Je me retournai vers le vendeur : «On le prend!» Je leur sourit gaiement à tous deux et je m'occupai de conclure la transaction. Je savais que ce serait quelque chose qui lui plairait à mon amie et la connaissant, elle ne nous casserait pas les oreilles avec son oiseau… surtout si c'était seulement une mélodie comme elle venait de demander… «Il te reste qu'à lui trouver un nom maintenant! C'est ton compagnon qui partagera ta vie désormais!» Je lui tirai la langue en me moquant légèrement.


Emi Burton


____________
Don't stop believing
Revenir en haut Aller en bas
ღ Hufflepuff ღ
avatar : Jenna-Louise Coleman
Messages : 148
Date d'inscription : 23/02/2015

RP'zone
Sang: né-moldu
Boutique:
Année: 7ieme année
avatar
ღ Hufflepuff ღ
Kairi S. Destiny
                                                          
MessageSujet: Re: Je donne ma langue au chat ? Ҩ Jezabelle  Ven 12 Juin - 11:46

Jezabelle Ҩ Kairi
Je donne ma langue au chat ?


J

e ne m’étais pas posée trop de questions lorsque Jezabelle avait insisté pour m’offrir un cadeau. De toute façon quand elle avait quelque chose en tête, impossible de le lui enlever ! Puis je savais ce que c’était : moi aussi quand je voulais offrir quelque chose à quelqu’un je pouvais me montrer très insistante jusqu’à ce que la personne cède et accepte mon cadeau. Un remerciement est un remerciement et il ne faudrait jamais le refuser : car chacun peut avoir ses raisons de vouloir nous faire un cadeau. Alors histoire de ne blesser ou de ne frustrer personne, il faudrait toujours l’accepter. Ou du moins, c’était comme ça que je le ressentais à chaque fois. Après il y avait aussi toujours les cadeaux empoisonnés comme on les appelait, mais pas venant d’elle. Je la connaissais tout de même depuis assez longtemps, et on partageait le même dortoir. Connaître quelqu’un, et le connaître après avoir partagé un dortoir avec lui ou elle, ce n’est pas du tout pareil ! On peut parfois même découvrir la personne sous un autre jour : et avoir de mauvaises surprises aussi ! Lui demandant si je lui avais déjà parlé de la plage de Brighton, mon amie me répondit : « Euh… Il me semble que tu m'en as déjà glissé quelques mots oui, mais sans vraiment t'étendre sur le sujet... » ça ne m’étonnais pas que je ne sois pas allée plus loin dans mes explications : cela me rappelait mon chez moi qui n’existait plus. Mes parents avaient petit à petit coupés les ponts avec moi, sans me donner d’explication. Alors que ça aurait dû être tout l’inverse : dans la situation dans laquelle nous étions, c’est-à-dire moi la Sorcière et eux les moldus, en toute logique c’est moi qui aurait dû couper les ponts. A cause d’un tas de raisons auxquels les gens pourraient penser. Mais non, moi je n’avais rien fait. C’était eux qui s’étaient éloignés de moi… N’empêche que la plage restait un endroit magnifique de la ville et que la maison de ma grand-mère – où je passais mes étés – me donnait encore accès à ce petit coin de paradis. « Tu devrais venir un jour ou deux pendant les prochaines vacances, tu verras c’est génial ! » Ecrivis-je par-dessus, avec un léger sourire. Elle allait adorer, j’en étais sûre ! Et puis, on se sentirait moins seule dans la maison, pour au moins une ou deux journées.

« Personnellement j'adore! On le prend! » Elle semblait tout aussi charmer que moi par ce choix, et sa deuxième phrase était adressé au vendeur, qu’elle suivit par la suite. Tournant la tête, j’observais le petit oiseau mécanique qui s’était déjà posé sur mon épaule : il avait arrêté de chanter ; et je lui souriais. Il s’était agrippé à mon épaule, mais sans le petit coup de baguette magique, il semblait totalement inanimé. « Il te reste qu'à lui trouver un nom maintenant! C'est ton compagnon qui partagera ta vie désormais! » Face à sa moquerie, je riais silencieusement tout en tapotant avec mon index sur la tête du petit oiseau et je réfléchissais à un nom. Elle avait raison : il fallait lui en trouver un mignon, un qui lui irait à merveille. Nostalgique par le chant de la plage, je me souvenais de tous ces contes de fées adaptés à l’écran que j’avais pu voir étant gamine. Le nom était alors tout trouvé. « Je vais l’appeler Gus : comme l’une des souris dans le dessin animé Cendrillon. Tu connais ? » Les Disney étaient très connus chez les Moldus, cela avait en fait rêvé des petits enfants, moi y comprise ! Moi qui étais émerveillée à l’époque face à la belle magie qui régnait à l’intérieur de chaque film ; j’aurais eu du mal à croire que quelques années plus tard je pouvais moi aussi faire une aussi belle magie. Je crois qu’elle était de sang-mêlé donc je ne savais pas trop si elle pouvait comprendre la référence ou non. Toujours est-il que ce nom lui allait parfaitement bien !

Sortant la boutique, je saluais le vendeur d’un signe de la main avec un sourire ; et vu que nous étions à Pré-au-Lard, une idée me vint en tête. C’était très certainement le moment pour refaire notre stock de provisions ! « Que dirais-tu de passer chez Honeydukes, pour faire le plein de bonbons pour la prochaine soirée entre filles ? » Lui proposais-je alors je la vis regarder par-dessus mon épaule. On organisait parfois des soirées entre filles soit avec tout le dortoir, soit parfois même juste toutes les deux. Dans ce dernier cas, on allait dans la salle commune et on investissait les grands fauteuils moelleux pour bavarder. C’était moi qui en mangeais le plus, tout en les écoutants parler de tout et de rien, normal que ce soit donc moi qui en ramène le plus. Il fallait bien que je fasse aussi quelque chose pendant que j’écoutais, non ? Et puis à deux, on pourrait tabler sur une plus grande variété de bonbons : chacune ayant ses goûts, j’aurais plus de chance que tout le monde trouver ainsi son bonheur dans le petit paquet que j’apporterais ! Puis j’adore cette boutique, il ne faut pas se mentir !

Codes par TheBlackDog – OPL.

____________



©BlackJack
Revenir en haut Aller en bas
ღ Hufflepuff ღ
avatar : Shailene Woodley
Messages : 102
Date d'inscription : 15/02/2015

RP'zone
Sang:
Boutique:
Année:
avatar
ღ Hufflepuff ღ
Jezabelle H. Rosebury
                                                          
MessageSujet: Re: Je donne ma langue au chat ? Ҩ Jezabelle  Mer 17 Juin - 6:32

Je donne ma langue au chat ?
Kairi & Jezabelle


Le nom qu'elle choisi pour son oiseau me surprit légèrement. Gus? Like… really? Cela eu pour effet de m'amuser. Évidemment que je connaissais ce conte pour enfant. Puisque j'étais sang-mêlée, je connaissais ces contes que ma grand-mère m'avait fait écouté le soir avant d'aller dormir. Normalement, cela aurait dû être ma mère qui mes les fasses connaître, mais elle a coupé toute communication avec mon père et moi quand elle a su que Papa et moi étions sorciers… D'autant plus que lorsque j'allais encore la voir, elle était toujours plus occupée avec son autre enfant alors, je m'occupais beaucoup plus souvent avec un bouquin dehors sous l'arbre qu'à l'intérieur de la maison où tout ce que nous entendions c'était cet enfant braillard qui ne se taisait jamais. Vague de méchanceté qui m'envahissait? Ouais, un peu… Pour le peu de rancœur que je pouvais éprouver… ça m'arrivait rarement il fallait dire! J'étais beaucoup trop occupée à avoir du plaisir et à rigoler que les quelques moments de rancune que je pouvais garder en moi, je les considérais comme des étrangers. «Bien sur que je connais! Je l'adorais! Je le trouvais trop drôle et tout mignon avec son style à lui! Mais pourquoi Gus? Je l'ai toujours perçu comme le rigolo de la bande moi! » Elle avait bien le droit de lui choisir le nom qu'elle voulait, c'était le sien et son choix à elle. Ce n'était pas moi qui allait la contrôler, mais j'étais intriguée par ce choix.

Une étincelle apparut dans mon regard quand elle mentionna la prochaine soirée de filles qu'on aurait chez les Poufsouffles! Je devais avouer que j'adorais ces soirées! Elles ne tournaient que rarement au vinaigre et je pouvais être sûre de me faire du fun ces soirs-là. Par moment, je sais que j'exaspérais certaines personnes à tenter d'avoir que du plaisir où à essayer de voir que le positif des situations. J'avais, pour ma part, comme mentalité qu’il y avait suffisamment d'occasion d'être malheureux, triste, en colère ou être plein de rancune comme ça. Je ne voulais pas passer ma vie à ne broyer que du noir et avec les événements à Poudlard, je préférais voir la vie d'un bon œil que de désespérer et de passer mon temps à n'avoir que peur que je sois la prochaine sur la liste à perdre la vie. Agir ainsi c'était lui donner raison à ce fou. Enfin, c'était ce que je pensais. Bien sûr que j'avais peur moi aussi! J'étais même terrifiée à l'idée qu'il mette la main sur moi avant que les Aurors ne l'attrape… Je ne voulais seulement pas que cela contrôle ma vie. Si je pouvais me permettre de voir les choses d'un bon œil, si je pouvais voir la vie encore joyeusement, je n'allais pas me gêner!

Me rendant compte que je m'étais égarée dans mes pensées, je reportai mon attention sur mon amie avant d'hocher rapidement la tête. «Est-ce que c'est vraiment à moi que tu poses la question? C'est sûr que c'est oui! Et il faut s'arranger pour faire cette soirée bientôt! Même si nous sommes que toutes les deux! Ça ne peut que nous faire du bien! » J'étais toujours enjouée à l'idée d'une fête. Automatiquement, je me dirigeai vers la boutique avant d'y pousser la porte et de regarder les sucreries s'offrir à moi. Les étoiles dans les yeux, je savais que j'avais l'air d'un enfant relâchée dans un magasin de jouets la veille de Noël. Machinalement, je pris mes bonbons préférés dans mes mains et je me rendis vite compte que j'étais surchargée. Oups! Un sourire un peu niais naquit sur mes lèvres. Les baguettes à la réglisse, les chocogrenouilles, des bonbons surettes comme sucrés, il y avait pleins de style différents dans mes mains. «Je crois que cette fois je vais les cacher dans le dortoir pour que les filles ne les mangent pas tous avant moi! La dernière fois, elles ont vidé ma réserve… À moins que ce n'était toi?» J'avais pris un ton faussement accusateur, après tout, je m'en fichais si c'était elle qui avait pigé dans mes affaires, elle en avait bien le droit puisque nous avions tendance à les partager, mais avec les autres filles j'avais légèrement plus de réticence. Kairi faisait partie de mes très bonnes amies, alors que les autres étaient simplement des amies. Il y avait une petite nuance et surtout une certaine préférence marquée...


Emi Burton

____________
Don't stop believing
Revenir en haut Aller en bas
ღ Hufflepuff ღ
avatar : Jenna-Louise Coleman
Messages : 148
Date d'inscription : 23/02/2015

RP'zone
Sang: né-moldu
Boutique:
Année: 7ieme année
avatar
ღ Hufflepuff ღ
Kairi S. Destiny
                                                          
MessageSujet: Re: Je donne ma langue au chat ? Ҩ Jezabelle  Jeu 25 Juin - 23:27

Jezabelle Ҩ Kairi
Je donne ma langue au chat ?


« B


ien sur que je connais! Je l'adorais! Je le trouvais trop drôle et tout mignon avec son style à lui! Mais pourquoi Gus? Je l'ai toujours perçu comme le rigolo de la bande moi!   » Gus, le nouveau nom de mon petit oiseau magique chanteur. Ou chanteur magique ? Allez savoir comment le nommer : Gus était juste bien, pas trop long et pas besoin de s’embêter avec une dénomination à coucher dehors. Alors pourquoi ce nom de souris parmi toutes les autres ? Parce que dans ce conte, je voyais Gus comme étant le petit jovial de la bande, toujours prêt à remonter le moral des autres comme il le pouvait. Et moi j’avais envie de ça en ce moment. « Parce que c’est mon préféré de toute la bande des souris ! » Ecrivis-je rapidement. Et ça c’était l’énième argument à la faveur de ce prénom. Alors que je mentionnais notre futur détour à Honeydukes pour notre recharge de bonbons, je voyais bien que Jezabelle avait hâte qu’une autre de ces soirées ait lieu. Il faut bien avouer que c’est le genre de soirées faites pour détendre l’atmosphère, pour se raconter des trucs de filles, rire, et se goinfrer de bonbons. Même si moi comme je l’avais déjà dit, la dernière partie était la plus importante pour moi. Puis j’aimais les écouter raconter toutes leurs petites choses passionnantes : à leurs côtés j’avais l’impression qu’il ne m’arrivait pas grand-chose à moi finalement. « Est-ce que c'est vraiment à moi que tu poses la question? C'est sûr que c'est oui! Et il faut s'arranger pour faire cette soirée bientôt! Même si nous sommes que toutes les deux! Ça ne peut que nous faire du bien! » Avec un large sourire, je lui répondis par l’affirmative en hochant vivement la tête. Même seulement toutes les deux, il faudra en faire une dans les prochains temps. De toute façon mon amie parlait pour deux, alors de toute façon l’ambiance serait au rendez-vous. Et puis avec elle, c’était une toute autre histoire : les autres camarades de dortoir étaient des amies, mais des amies de dortoir. Alors qu’avec Jezabelle, c’était plus qu’une simple amie/camarade de dortoir, il y avait quelque chose de plus : de l’entraide aussi certes, mais une amitié plus importante aussi.

Entrant à l’intérieur de la boutique, je crois qu’à toutes les deux des étoiles commençaient à briller dans nos yeux face à toutes ces sucreries. La suivant au travers des étalages, je la voyais prendre des sucreries où j’identifiais certaines comme ses préférées : avec ces soirées je commençais à cerner les préférences de chacune.  Elle en prenait jusqu’à être totalement surchargée : au sens littéral du terme. « Je crois que cette fois je vais les cacher dans le dortoir pour que les filles ne les mangent pas tous avant moi! La dernière fois, elles ont vidé ma réserve… À moins que ce n'était toi? » J’affichais un air faussement outré assez exagéré sur mon visage, jouant son jeu. Je savais que ce n’était qu’une plaisanterie, au son de la tonalité de sa voix ; même si c’était vrai qu’on avait plutôt tendance à partager nos sucreries entre nous, pendant ces soirées ou voir même en dehors juste nous deux. Mon petit jeu ne dura pas longtemps avant que j’explose silencieusement de rire. Nous avions l’air bien crédible toutes les deux ! « Puis de toute façon je ne connais pas ta cachette ! » Ecrivis-je rapidement après mon fou rire, en lui tirant la langue. Sous le matelas ? Non ses sucreries seraient écrasées. Peut-être sous le lit ? Il y avait un peu de jeu entre le sol et le meuble ? Rien que pour l’embêter, je jetterai un coup d’œil un de ces quatre pour essayer de trouver sa cachette. Farfouillant à mon tour dans les rayonnages et autres bocaux, je fis à mon tour le plein de sucreries, avant d’attraper deux paquets des dragées surprises de Bertie Crochue.

Il nous fallait au moins ça pour qu’une soirée soit parfaite ! Certaines n’appréciaient pas la blague, celle de ne pas savoir sur quels parfums tomber – car il y en avait de vraiment dégoûtant – mais moi j’aimais bien ça. Même si souvent avec la malchance que j’avais, je tombais sur les plus dégoûtants justement. Je tapais d’ailleurs légèrement sur l’épaule de mon amie – afin qu’elle se retourne vers moi – pour lui montrer ma trouvaille avec un petit clin d’œil. C’était certainement Jezabelle la plus taquine de nous toutes, mais c’était quasiment toujours moi qui ramenais des dragées : est-ce qu’elle aurait déjà déteint sur moi ? Très certainement oui ! Avec un petit sourire je la laissais afin d’aller payer mes achats, sortant ma monnaie de la poche arrière de mon jeans. Heureusement, ma robe de sorcière avait de grande poche : dans l’une j’avais mon calepin et l’autre était maintenant pleine de quelques sucreries dont les fameuses dragées. Ce serait quand même bien pour tout le monde cette soirée : afin de nous changer les idées, de penser à autre chose que nos cours et à tout ce qui se passe à l’intérieur de nos propres murs. Parfois rien qu’en y pensant ça me donnais la chair de poule. Surtout le soir : l’ambiance semblait alors être décuplée. Comme s’il était improbable pour nous qu’il attaque en pleine journée : qu’il ne pouvait s’en prendre à nous que lorsque la nuit était tombée. Le lever du soleil semblait presque être notre sauveur, notre salvateur…  A force d’être perdue dans mes pensées, je n’avais plus fait attention à mon amie : résultat je l’avais perdue de vue. Elle n’était plus dans la boutique ? Est-ce qu’elle m’avait dit de la suivre dehors alors qu’elle avait fini ses emplettes et je ne l’avais pas entendue ? Ou alors elle me faisait encore une de ses farces ? Toujours est-il qu’en tournant la tête à droite et à gauche, je cherchais du regard une tête blonde qui pourrait ressembler à mon amie, plantée en plein milieu du chemin…

Codes par TheBlackDog – OPL.

____________



©BlackJack
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
                                                          
MessageSujet: Re: Je donne ma langue au chat ? Ҩ Jezabelle  

Revenir en haut Aller en bas
 

Je donne ma langue au chat ? Ҩ Jezabelle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Je donne ma langue au chat ? Ҩ Jezabelle
» Donner sa langue au chat ?
» [Octobre] Jeu donne ma langue au Chat / CLOS
» la blague cool
» [Décembre] Jeu donne ma langue au Chat | CLOS

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hominum Revelio :: Poudlard :: Sous-sol et cachots :: Salle commune de Poufsouffle-