AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue dans notre petite famille
Venez, on ne mord pas, et on adore les RP
Sang Pur
Les inscriptions pour des Sang-Purs sont règlementées. Merci de lire ce sujet
Les maisons
Merci de ne pas oublier qu'il n'y a pas que Serpentard et Gryffondor : les Pouffy's ont aussi besoin de vous pour gagner la coupe des maisons !
Hogwarts Games
Vite vite! Viens voir! Le Hogwarts Game de la semaine est lancé : Ici

Partagez | .
 

 ♂ Rape me my friend. Rape me again. ♀ ~ Nao

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
ღ Ravenclaw ღ
avatar : Dianna Agron
Messages : 410
Date d'inscription : 19/10/2014

RP'zone
Sang: mêlé
Boutique:
Année: 6ieme année
avatar
ღ Ravenclaw ღ
Naomie June
                                                          
MessageSujet: ♂ Rape me my friend. Rape me again. ♀ ~ Nao  Mar 2 Déc - 22:58


       
Naomie June
Informations

       
Salut à toi, je m'appelle Naomie June mais tout le monde me surnomme Nao et je suis né(e) le 1er décembre , à Londres. Si tu sais compter j'ai donc 16 ans. Aujourd'hui, je travaille en tant que 6ème année à Serdaigle. Tu veux savoir un secret ? Dans la vie je suis hétérosexuelle et je suis actuellement célibataire et libre comme l'air. Oh, et surtout n'oublie pas que je suis sang mêlé.

Ton Epouvantar c'est ? Enfermée dans un placard, en train de suffoquer et quand l'espoir arrive parce que la porte s'ouvre, c'est Astrid qui se trouve derrière, sourire noir au lèvres.
Le miroir du Rised, il te monte quoi ? Une famille aimante dont ma jumelle et moi ferions partie.
Ton patronus c'est ? Ce sera un phoenix quand j'aurais enfin réussis à lui donner forme (je ne la connais pas actuellement...).
Et ta baguette, elle est comment ? En bois d'ébène et plus de phoenix à l'intérieur. J'ai eu un mal de chien à la maîtriser pendant mes trois premières années de Poudlard, elle m'obéit maintenant facilement bien qu'elle déteste le quotidien et préfère apprendre de nouveaux sorts.

       
Caractère

       
Joueuse, dragueuse, impulsive, studieuse, peureuse.

Physiquement, je suis...


✿ Plaçons-nous du point de vue d’une fille quelconque qui croiserait Naomie. Elle la trouverait pitoyable. Ses airs de « m’as tu vue », sa démarche provocante, son roulement de hanches, ses cheveux flottant derrière elle, tout est contrôlé juste pour se faire remarquer. C’est une fille qui ne pense qu’à draguer et qui veut absolument que les garçons tournent la tête dans sa direction quand elle passe. Pourtant, elle n’a rien de plus que les autres cette fille ! Elle est banale à pleurer et elle fait pitié à se pavaner ainsi. Le pire c’est que ces idiots la regardent vraiment ! Ils ne pensent vraiment qu’au physique parce qu’il est évident que Naomie n’a rien dans la cervelle. En plus elle rit à chaque blague que sort un garçon, uniquement pour se faire bien voir ! Bref, cette fille est complètement fausse, tout est contrôlé et rien n’est naturel chez elle, elle n’en vaut pas la peine. Et si les garçons sont attirés par elle c’est parce qu’ils ne savent pas reconnaître la vraie beauté, celle qui vient du cœur !

Maintenant demandons l’avis d’un garçon. Naomie est une jolie blonde, assez remarquable. Ce n’est pas la plus jolie fille du château certes, mais elle ne passe pas inaperçue. Les garçons ne se plaignent pas quand elle passe devant eux et ne se gênent pas pour la suivre du regard. Après tout, pourquoi s’en priver ? Elle a une très jolie démarche et une chute de reins qui en ferait chavirer plus d’un. Elle a de belles lèvres sur lesquelles sa langue passe souvent. Sans compter le nombre de fois où elle se mord la lèvre inférieure. Sa peau est blanche et très douce, agréable à caresser. Naomie est très douée pour faire craquer d’un seul regard. Elle sait être provocante et la seconde d’après timide ou triste. Ses cheveux dorés donnent envie d’y glisser les doigts. Elle a des gestes souples et intenses. Nao sait ce qu’elle veut et elle sait le montrer. Enfin, un des points les plus intéressants de Naomie, qui la différencie des autres, c’est son odeur fruitée, légère odeur de fraise, constante sur elle, et pas désagréable du tout.

Enfin, voyons ce que Nao pense d’elle-même lorsqu’elle se regarde dans un miroir. Elle est plutôt de taille moyenne et a des formes bien marquées maintenant, bien que sa poitrine ne soit pas très imposante. Elle a la peau assez pâle mais elle aime bien son teint. Nao n’aime pas du tout son visage car elle ressemble comme deux gouttes d’eau à sa grande sœur. Et c’était encore plus flagrant quand ses cheveux étaient châtains, comme elle. Un an plus tôt, Naomie a utilisé un sortilège pour changer la couleur de ses cheveux. Un sortilège qu’on ne peut plus annuler. Et depuis, elle se regarde beaucoup plus facilement dans un miroir. Lorsque son père a vu cela, il l’a giflé comme jamais. Mais bon, ce n’est pas vraiment le sujet. Naomie aime ses yeux. Ils sont marron, plutôt banals en fait. Mais sa sœur les a gris, presque noirs. Alors c’est un peu ce qui la différencie d’elle, naturellement. Elle aime se laver avec des savons à la fraise, son fruit préféré. D’ailleurs, elle en mange très souvent. Si non, au niveau vestimentaire, elle ne porte pratiquement jamais de pantalon. Elle aime porter des jupes, souvent courtes, et des chemisiers. Elle met de grandes chaussettes qui s’arrêtent sous le genou et des chaussures, jamais à talons.

Et d’un point de vue neutre ? Naomie est une jeune femme de seize ans, banale mais jolie. Elle est blonde et a les yeux marron. Elle est de taille moyenne et se balade souvent en jupe. Elle a une démarche légère et ses cheveux flottent derrière elle. Ses gestes sont vifs et maitrisés. Elle a le tic de se mordre souvent la lèvre. Ca peut la trahir sur ce qu’elle ressent. Nao a souvent le regard moqueur ou provocant et il est difficile d’identifier ses sentiments. Elle a un joli rire, agréable à entendre et un sourire craquant. Finalement, on s’aperçoit vite que c’est une fille assez douce mais pour cela, il faut savoir percer sa carapace de fille arrogante et charmeuse.

Moralement, je suis...


✿ Naomie a l’impression d’avoir perdu 15 ans de sa vie. Elle a toujours détesté les moindres secondes d’existence qu’on lui a offerte. Elle n’a jamais aimé personne et n’a jamais été aimée, hormis sa jumelle. Sa vie a été un véritable enfer. Elle était la cible des Serpentards qui avaient envie de s’amuser, menés par sa sœur. Elle en a vu de toutes les couleurs. La seule consolation qu’elle trouvait c’était dans le charme qu’elle opéré sur les garçons. Et il n’y a que dans leurs bras qu’elle trouvait du réconfort. Ils lui ont offert ce qu’elle pensait être de l’amour et qui, de toute façon, lui avait toujours suffi. Elle s’est plusieurs fois sentie à bouts de force et à tenté de mettre fin à ses jours. Mais elle n’y arrivait jamais, juste en pensant à sa jumelle qu'elle ne pouvait se résoudre à laisser. Et puis, elle s’est retrouvée en 5ème année. Sans sa grande sœur. Celle-ci ayant quitté Poudlard. Elle a vu ça comme une chance de recommencer sa vie pour celle qu’elle voudrait vivre. Elle craint moins les Serpentards et elle se montre un peu moins froide quand on l’accoste. Et puis elle s’est mise à faire ce qu’elle aimait le plus, charmer. Nao a repris confiance en elle et elle change petit à petit de caractère, se laissant un peu moins faire. Elle s’affirme plus.

Naomie affiche constamment un masque. Elle cache autant que possible ses sentiments pour afficher ceux qu’elle veut montrer. Elle est donc souvent moqueuse et elle rit des autres. Son enfance difficile l’a rendu froide et ça s’est transformé en arrogance à son entrée à Poudlard. Elle aime être au centre de l’attention et fait tout pour. Elle est loin d’être fidèle ou loyale. Personne n’a jamais pensé à elle alors elle le fait pour elle-même. Oui, elle ne pense qu’à elle et sa jumelle pour qui elle donnerait tout et elle n’agit qu’à ses propres fins. Si vous lui demandait quelques choses, elle ne le fera que si elle peut en tirer le moindre avantage. Sauf si vous comptez un minimum pour elle. Nao n’est pas non plus une insensible et si quelqu’un est dans le besoin, elle l’aidera.

Naomie se donne l’air d’être une fille forte. Elle essaie d’avoir de la répartie et de ne pas se laisser faire mais au fond…ça la blesse souvent. Elle ne veut pas qu’on la plaigne et elle parle rarement de sa famille. Elle est très calme en cours ou lorsqu’elle fait ses devoirs. Mais c’est une fille qui aime s’amuser et profiter de la vie. Au fond d’elle se cache une petite fille terrorisée par sa grande sœur, mais pour ceux qui ne la connaissent pas plus que ça, elle paraît sûre d’elle et semble parée à toute épreuve. Elle n’en veut à personne pour ces 15 ans perdus…mais elle n’aime personne non plus. Elle a simplement décidé de suivre sa route, à sa façon. Si non, Naomie est une fille très souriante et joyeuse. Elle aime bien plaisanter et rire avec les autres. Bien qu’elle sache reprendre immédiatement son calme lorsqu’il le faut ! On la voit souvent accompagnée d’autres élèves de Serdaigle mais jamais des filles, le sourire aux lèvres. Elle s’estime heureuse et ne pense qu’au moment présent. Elle sait être réfléchie pour prendre les bonnes décisions. Mais elle aime de temps en temps agir sous l’impulsion et attendre de voir ce qu’il va se passer.

Elle a trouvé un remède à son mal, à ses débordements de sentiments : les études. Elle se plonge facilement dans ses cours et ses devoirs. Tout lui plait dans les cours. Elle s’intéresse à beaucoup de choses. Elle s’y intéresse tellement qu’elle est en avance sur la plupart des cours. Elle passe beaucoup de temps dans les livres, ça lui permet de penser à autres choses. Alors en classe, elle rêvasse souvent. On la voit tout le temps la tête posée sur sa main, en train de rêvasser. Mais si un prof lui pose une question, elle répond tout de suite, et souvent juste. En fait, elle écoute le cours à moitié. Nao est appréciée des professeurs car elle sait se montrer calme et innocente quand il le faut. Et puis elle ne rechigne jamais un devoir et les rend même souvent à l’avance. Personne ne sait vraiment comment elle fait, mais elle réussit toujours à gérer son emploi du temps entre ses loisirs et ses devoirs.

Nao a deux gros problèmes dans sa vie. Premièrement, son passé. Dès qu’elle déborde de sentiments contradictoires et qu’on lui remémore son passé, elle s’affaiblit au point d’en faire parfois un malaise. Les images de ce qu’elle a vécu avant défilent dans son esprit et elle reste plongée dans un semi coma où elle souffre psychologiquement. Deuxièmement, le mot « chérie ». Une hantise pour elle. Il faut bien comprendre que Nao n’a jamais été aimée. Et la première fois qu’elle a été appelée comme ça elle a été choquée. Ce mot lui procure deux effets. S’il est prononcé par un garçon, il la rend vulnérable, très vulnérable. Au point d’en être affaiblie. S’il est prononcé par une fille, il la met tout simplement en rogne et elle est capable de taper tout ce qui bouge. Bref, ses deux inconvénients ne doivent pas se savoir car elle sera alors complètement manipulable à volonté. Enfin, si on devait dire ce que déteste Nao par dessus tout, c'est qu'on lui tourne le dos lorsque la conversation n'est pas finit. Si elle vous parle et que vous vous en allez en lui tournant le dos, elle se mettra en rogne au plus haut point....
 

       
Biographie

       
« A peine 15 ans, c'est vrai qu'elle les fait pas. Mais quand tes hanches se balancent et tu t'élances vers moi, je ne résiste pas. »


Nao ouvrit les yeux et fixa pendant plusieurs minutes le plafond de son baldaquin, le temps de reprendre son souffle. Comme chaque matin, elle s'était réveillée à cause d'un cauchemar et mit un certain temps avant de se calmer. Une fois que ce fut fait, elle se leva d'un bond et courut à la fenêtre pour voir le temps dehors. Le ciel était d'un bleu intense et aucun nuage ne venait le gâcher. Seuls quelques hiboux passaient dans le ciel, rentrant à la volière pour dormir. Avec un grand sourire, elle se redressa et attrapa des vêtements propres dans sa malle avant de partir se laver. Une fois sèche, elle enfila sa jupe, son chemisier blanc, sa cravate bleu, et ses chaussures. Puis elle récupéra sa baguette et son sac et quitta le dortoir, traversant la salle commune et partant tranquillement vers la Grande Salle sans se soucier de sa sœur qui, de toute façon, n'avait pas dormi dans le dortoir encore une fois... Là, elle se dirigea vers la table réservée à elle et ses camarades. Elle marcha la tête haute, ne regardant pas autour d'elle. Une fois assise, elle mangea à sa faim, se goinfrant de fraises, et ne parlant à personne, à part deux ou trois Serdaigles qui lui souhaitèrent le bonjour. 

….

Notre chère sorcière est née le premier décembre il y a seize ans de cela. Ça aurait put être un jour de joie et de fête dans la famille. Hélas, ses parents n’étaient pas de cet avis. Les June étaient des gens riches, très riches avec un sang pur, très pur. Non, ils n’avaient rien accompli d’exceptionnel dans leur vie. Ils n’avaient fait que naître dans des familles particulièrement aisées et connues, des familles de Serpentard avec des idées bien ancrées. Et voilà, la renommée, la fortune, la gloire… en se tournant les pouces. Il était le fils d'un ministre, elle était la fille d’un homme influent. Ils se sont rencontrés à Poudlard, tous les deux faisant partie des Serpentard. De l’amour ? Peut être bien. On ne sait pas, on ne le saura jamais parce qu’au fond, on s’en fiche. Il leur fallait un enfant pour que la parfaite lignée de sang pur continue. Ils ont eu Astrid…

Astrid June, une petite tête brune, des yeux noirs profonds, très intelligente et choyée au plus haut point. Deux ans et déjà la fierté de son père. Elle apprenait vite et suivait ses parents partout, en réunion, aux banquets, fêtes et invitations privées. Deux ans et déjà le même regard fier et arrogant que son père. Deux ans et déjà remplie de haine, de sarcasme, d’amour propre. Elle aimait ses parents, elle était prête à tout pour rester leur petite étoile. 

Et puis… c'est arrivé. Pendant un moment de faiblesse, Madame June est sortie et a trompé son mari. Malheureusement est tombée enceinte et pire que tout, le père de l'enfant est un sang mêlé! Ou alors un sang de bourbe, on ne le saurait jamais. Peut-être même avait-elle franchi le seuil infranchissable et avait-elle écarté les pattes devant un moldu… Quelle horreur…  Non, il ne veulent pas de ce nouvel enfant, Astrid les comble déjà. Astrid ne veut pas d’un frère, encore moins d’une sœur. Elle est heureuse ainsi et n’est certainement pas partageuse. Pire encore, Madame June attend des jumelles… Seulement voilà, la nouvelle se répand vite. Et que dirait le public si un membre de la famille June pratiquait l’avortement ? Quelle honte, quel outrage. De plus, il faut étouffer l'affaire, faire croire que leur père est bien Monsieur June, qu'elles est bien des sang-pur! Bon… Naomie et Luvy vinrent au monde…

Elles ne manquèrent de rien, elles eurent une jolie chambre, plusieurs jouets, certes récupérés de leur sœur, mais des jouets quand même. Des tenues neuves et de qualité, des repas adaptés et une éducation correcte, fournie par une des meilleures nourrices de Londres. Une immense maison, très sombre mais très chic. Des couloirs très long, qu’on ne visite jamais jusqu’au bout. La chambre de Nao et Lucy ? Tout au bout du couloir le plus éloigné du centre de la maison. Ah ? Je ne vous avais pas dit qu’elles n’étaient pas désirées ? Ce n’était pas une blague. 

Les nouvelles petites brunes sont le portrait craché de leur sœur. Seule différence, leurs yeux noisette et chauds. Elles grandissent, sont très gentilles et souriantes, elles ne se plaignaient jamais et étaient reconnaissant envers tout ce qu’on leur offrait. Mais que voyaient-elle d’autre que leur chambre, ce long couloir, la cuisine et la salle de bain ? Et bien… pas grand-chose. leur nourrice les réveillait, les douchait, leur donnait à manger, jouait avec elles dans leur chambre, déjeuné, sieste, bain, souper, lit. Le quotidien de nos petites brunes de un an et demi. 

Et puis, elles atteignirent leur deux ans. Elles commencèrent à bien se débrouiller seules et connaissaient le schéma de leur journée par cœur. On vira la nourrice. Elles se retrouvèrent seules, confrontées à cette immense maison qu’elles croyait pratiquement vide. Heureusement, les deux jeunes fillettes étaient ensemble. C'était tout ce qui comptait. Depuis leur naissance, elles ne comptaient que l'une sur l'autre. En vérité, elles ne connaissaient personne d'autre que leur jumelle. Et puis elles ne se considéraient, à l'époque, non comme deux filles, mais comme une seule. Mais elles commencèrent à grandir, et bien que l'amour entre les deux seours l'emporta sur le reste, elles commencèrent à développer chacune leurs propres attirances sur certains objets, leurs propres passions. Nao partit à l’aventure dans la maison un matin, évitant soigneusement ses parents qui l’effrayaient. Et puis, elle découvrit une autre chambre, plus grande, plus jolie. Et une fille, plus vieille, plus jolie aussi. Astrid détestait ses sœurs, elle les reniait autant que possible. Elle avait six ans et était déjà capable de haïr quelqu’un. Lorsque Nao entra dans la chambre, Astrid, qui s'observait dans un miroir pour voir l'effet que donnait sur elle la nouvelle robe achetée par maman, la vit dans le reflet. Elle serra les poings, hurlant de toute sa rage. La fenêtre explosa et Nao dut se baisser pour éviter autant de morceaux de verre que possible. Les parents, alertés, arrivèrent et félicitèrent leur petite Astrid pour ses pouvoirs trouvés, envoyant Nao voir l'elfe de maison pour se faire soigner, se fichant bien de son état. Alors, le cauchemar commença…

Ce ne fut, pour démarrer, que des petites blagues. D’abord Nao retrouva ses poupées éventrées, ses jouets cassés, ses draps déchirés. Et ceux de Lucy aussi. Pas une seule seconde les jumelles ne se méfièrent l'une de l'autre. Elles avaient toujours su qu'elles ne se feraient jamais du mal entre elles. Jamais. Et bien entendu, elles était punie pour toutes ces choses cassées. Et le meilleur moyen pour punir quelqu’un ? Et bien d’après leur père, c’était le placard, sans compter les nombreux coups, ou sortilèges de magie noire, pour Nao... Elle passa des heures dans le placard, recroquevillée sur elle-même. Une peur irrépréhensible du noir commença à l’habiter. Lucy elle, se retrouvait puni d'une manière plus physique. Leur père savait comment les effrayer. Lucy avait toujours été plus forte que Nao. Elle avait toujours su surmonter les épreuves plus facilement que sa jumelle. Alors la menace fonctionait moins bien sur elle. Par contre, rester plusieurs heures sur un pied avec un livre sur la tête, ça c'était difficile pour elle. Mais les jumelles n'abadonnèrent pas. Lorsque Nao était enfermée, Lucy s'asseyait de l'autre côté de la porte et tentait de calemr ses pleurs irrépressible. Lorsque Lucy était punie, Nao restait dans la pièce voisine, lui chuchotant des encouragements, certaine qu'elle l'entendait. leur mère quant à elle se contenta toute sa vie de les ignorer, faire comme si elles n’avaient jamais existées. Et les blagues se transformèrent en véritable cauchemars. Astrid les enfermaient dans leurs coffres à jouets et les laissaient là pendant des heures. Lucy n'avait pas peur elle. Elle se contentait d'attendre. Elle était forte Lucy. Quand Nao était enfermée, elle paniquait, avait peur de ne plus pouvoir respirer. Alors Lucy lui parlait, encore et encore. Astrid venait dans la nuit, les effrayer, jusqu’à ce que Nao pleure. Elle détruisait chaque objet que Naomie ou Lucy pouvaient un tant soit peu aimer. Et bien sûr, les petites sœurs furent encore et toujours punies, puis on ne leur achetèrent plus rien d’autres que des vêtements. Souvent, Nao craignit qu'on ne les sépare. Sans Lucy elle n'aurait pas surmonté tout ça. Lucy la plus forte des deux, toujours là pour elle. Mais même si elle osait lever les yeux sur leur père quand il rentrait dans sa chambre, Nao sentait dans son coeur qu'elle aussi elle avait un peu peur et que la haine l'emportait sur tous les autres sentiments.

Nao ne s’attacha plus à rien n’y à personne hormis sa jumelle. On lui enlevait les seules personnes qui comptaient pour elle, ses nourrices et ses éducateurs, et on détruisait les objets qu’elle aimait. Elle devint renfermée, timide et facilement apeurée. 

La seule chose qu'on commença à lui autorisée quand elle grandit un peu fut les livres. On lui céda au moins ceci et elle s'y abandonna totalement, passant ses journées entre les pages de ses livres, dévorant tout ce qu'elle pouvait y trouver, se montrant ainsi très précoce. Elle ne s'ennuyait jamais et oubliait parfois même de dormir tant elle était absorbée par ses livres. C'est ainsi que les filles commencèrent doucement à se différencier. Alors que Nao passait ses journées entières à livre des livres, surtout ceux qui parlaient d'animaux magiques, Lucy apprenait la danse. Parfois, quand elle réussissait à se montrer aussi téméraire que sa sœur, Nao la suivait dans la grande salle de la maison et s'asseyait par terre pour la regarder danser, un livre sur les genoux, toujours. Elle découvrit ses pouvoirs grâce à ses livres alors qu'elle n'arrivait pas à attraper un bouquin, un soir d'été, il vint de lui même à elle. Mais ce ne fut pas une grande joie dans la famille, ceci passa inaperçu.

Puis  Astrid eut onze ans et enfin, oui enfin, Nao et Lucy eurent quelques temps de répits. leur soeur partit à Poudlard, où elle intégra bien entendu la maison Serpentard, faisant ainsi la fierté de ses parents. Et Naomie put souffler pendant quelques années, seulement ignorée par sa mère et son père adoptif. Mais finalement, elle eut hâte de suivre sa soeur elle aussi, se disant que si elle intégrait la même maison que ses parents, ils la regardaient enfin, seraient fiers d'elle comme ils avaient été fiers d'Asrid. Elle se disait que sa soeur arrêterait de la haïr et qu'enfin elle pourrait faire partie de la famille! Disons que même si elle avait sa jumelle pour ne jamais être seules, Nao rêvait de pouvoir, elle aussi, faire partie d'une famille et avoir des parents pour la regarder avec fierté.

Alors, c'est avec un grand sourire qu'elle monta dans le Poudlard Express, attendant impatiemment de se retrouver chez les verts et argents. Lucy était à ses côtés alors elle n'eut pas peur. Elle se sentait sûre d'elle. Ses parents allaient enfin la regarder, c'était certain. Une jeune fille, Lyria, leur tint compagnie. Oui voilà c'était ça, elles allaient aller à Serpentard, leurs parents ne seraient plus déçue par elle, et en plus, elles pourraient se faire des amies. Bien qu'elle craignait la rencontre avec Astrid, ses coups, les blessures et insultes qui en découlaient, elle se disait que cette journée allait tout arranger. Elle ne vit même pas Lucy partir vers la table des bleus et bronze. Elle était tellement certaine, depuis onze ans, que ce moment allait tout arranger, qu'elle pensait avoir vu sa jumelle partir du côté des Serpentard. Alors, quand elle s'installa sur le tabouret, c'est sûre d'elle qu'elle attendit le verdict du choixpeau. Mais il hésita longtemps. Il assura à Nao qu'elle pourrait faire une bonne Serpentard. Elle voulait réussir, elle était prête à tout pour sortir du lot, pour qu'on la regarde enfin. Mais d'un autre côté, elle était intelligente, très curieuse, et même si elle tentait de changer cela, elle avait le coeur trop pur et trop fragile pour intégrer une maison aussi froide. Enfin, après un instant de réflexion, il cria haut et fort:

"SERDAIGLE!!"

Le sourire de Nao s'effaça aussitôt. Elle se sentit déconfit et manqua de peu de tomber du tabouret. On lui retira le chapeau et la poussa vers la table qui l'attendait. Elle n'entendait rien d'autre que le rire moqueur d'Astrid de l'autre côté de la salle. Elle savait qu'à partir de maintenant, tout ce qu'elle avait espérait n'avait été qu'un mirage, que tout serait encore pire et que tout ne ferait que se dégrader. Parce qu'à partir de ce jour précis, elle allait rester enfermer pendant trois ans dans un château où sa soeur était présente et où elle avait eu le temps de monter un maximum d'élèves contre les petites brunes qu'elle haïssait tant...




Au début, Nao se retrouvait simplement seule et elle finit par s’y faire. Elle avait toujours sa jumelle près d'elle. Mais Nao rêvait depuis si longtemps d'aller à Poudlard pour s'y faire des amis, que ce fut difficile à encaisser. Seulement, avec le temps, les moqueries s’amplifièrent et se transformèrent en coups et blessures. Ils se mettaient à plusieurs contre elle, l’enfermant dans les toilettes, la pendant à des arbres, lui balançant de la nourriture… Et elle ne put rien faire d’autre que subir. Lucy, comme toujours gérait beaucoup mieux que Nao.

Les flashs commencèrent à l’âge de douze ans. Et depuis, ils sont son principal fléau, son calvaires de tous les jours. Lorsqu’elle se sentait prise au piège, étouffées, apeurée, des images de tout ce qu’elle avait vécu, enfermée et frappée, lui revenaient en mémoire, l’affaiblissant totalement. Lorsqu’une trop grande émotion la prend, trop de sentiments d’un coup, les flashs lui arrivent en pleine figure et elle s’affaiblit encore plus. En tant normal elle est capable de résister à tout cela, à son passé qu’elle veut oublier, mais si quoi que ce soit l’affaiblit un tant soit peu, ses barrières tombent, et elle ne peut plus rien faire. Généralement elle fait un malaise et se perd dans ses souvenirs, revivant intensément tout ce qui l’a marquée.

Nao subit ainsi ses premières années à Poudlard, entre moqueries, coups, malaises et aversion de ses parents. Elle ne réussit jamais à s’affirmer, trop effrayée par sa sœur et son père. Astrid avait monté les gens contre elles et, sans même chercher à la connaître, ils s'amusaient à la martyriser. Nao était le souffre douleur des autres élèves. Ses parents la haïssaient tout simplement. Ses notes avaient beau être excellentes, pour eux, elle n’était rien. Sa mère l’ignorait tout simplement, son père la harcelait. Et puis, elle avait tellement peur d'être un boulet pour sa jumelle. Lucy s'en sortait tellement mieux. Elle relevait toujours la tête, montrant son désintérêt pour tout cela. C'est comme si ça ne la touchait pas, comme si elle savait que de toute façon elle vivrait autre chose un jour. Mais Nao n'était pas aussi forte. Et parfois le soir, elle pleurait silencieusement dans son lit en se disant que sa jumelle s'en sortirait encore mieux si elle n'avait pas sa pleurnicharde de jumelle dans les pattes.

Et vint enfin leur quatrième année. On aurait put penser que tout serait pareil, une suite logique, et que Nao finirait par sombrer dans le désespoir le plus total. Seulement, elle s’accrochait à la vie, grâce à Lucy. A la vie et à l’espoir, l’espoir qu’un jour, enfin, elles puissent vivre comme tout le monde. Elles se fichaient bien de tout l’argent que pouvaient avoir leurs parents, de la grande maison et de leur renommée. Tout ce qu’elles voulaient, c’était la paix. Et l’espoir naquit en elles quand leur sœur quitta enfin Poudlard après avoir obtenu ses ASPIC… Elle aurait pu rester étudier à Poudlard qui, depuis quelques années, proposait aussi un diplôme après ASPIC pour avoir une formation universitaire et trouver un job plus vite. Mais non. Les parents June avaient décidé que cette école n'en valait plus la peine. Le nouveau directeur, Londubat, était loin de leur vision parfaite de l'école qu'ils voulaient pour leur fille. Alors Astrid intégra une grande école privée pour sorcier voulant travailler dans la politique.

Évidemment, beaucoup d’élèves connaissait déjà les jumelles et savaient qu’elles étaient le souffre douleur de beaucoup de gens. Mais elles s’imposèrent plus facilement qu’avant. Elles commencèrent à se faire connaître autrement, elles se firent quelques amis. La vie fut tout de suite beaucoup moins compliquée. Et puis, elles commencèrent à fréquenter des garçons. C'était différent pour les deux filles. Bien qu'elles se racontaient en général avec qui elles avaient passé la nuit, les filles avaient une vision bien différente de tout cela. Lucy cherchait à s'amuser, peut être à s'affirmer. Nao garda cette image sereinde de sa jumelle et l'afficha aussi devant les autres. Il fallait qu'on croit cela d'elle aussi. Oh, bien sûr, elle ne tomba jamais amoureuse, elle s’était juré de ne pas s’attacher aux gens. Elle avait la mauvaise habitude de se dire que si elle s’attachait à quelques choses ou à quelqu’un on le lui enlèverait. Mais elle trouva un certain réconfort là dedans, elle s’offrit à beaucoup de garçons, se sentant ainsi plus forte, aimée et désirée. Elle voulait qu’on l’aime et c’est seulement dans leurs bras qu’elle se sentait revivre. C'était sa vision à elle de l'amour, puisqu'elle ne l'avait jamais vraiment connu. Ni l'amour familial, ni l'amour d'un garçon. Parce que l'amour de sa sœur, de la fille avec qui elle avait tout partagé, c'était beaucoup trop différent. Tout cela lui donna mauvaise réputation au château, surtout envers les autres filles, mais tout cela elle s’en fichait. Elle aimait ce qu’elle faisait, elle vivait là dedans.

Quand elle entra en cinquième année, tout devint plus simple. Elle s’était fait une nouvelle réputation et n’était plus du tout considérée comme un souffre douleur. Elle plaisait aux garçons. Et elle se sentait bien dans sa peau, elle avait l’impression de seulement commencer à ouvrir les yeux sur la vie. Pourtant, en elle, elle était toujours la petite fille terrorisée. Et sa peur des Serpentards étaient toujours présente même si elle gardait la tête haute. Son plus gros problème était les autres filles. Jalousie ou dégoût ? Impossible à dire, en tout cas, elles ne supportaient pas Nao. Le fait qu’elle n’ait aucune amie ne la dérangeait pas vraiment, ce qui l’embêtait le plus c’était les regards meurtriers.

Elle se montrait toujours intransigeante sur elle même pour les cours, facilement moqueuse, et ignorait les remarques désobligeantes. Mais personnes ne savait qu’au fond d’elle, elle hurlait au désespoir. Elle rêvait d’être un jour appréciée pour la personne qu’elle était vraiment et pas pour la popularité qu’elle avait acquise ou la réputation qu’elle s’était forgée. Tout ce qui se passe autour d'elle, dans le monde des sorciers, est bien le cadet de ses soucis. Elle aurait tendance à fuir les problèmes sauf si elle y trouve une cause juste, ce qu'elle n'a pas encore trouvé aujourd'hui.

Aujourd’hui elle est en sixième année. Elle se consacre beaucoup à ses études. Mais elle ne pense jamais à l’avenir. Elle se contente de vivre au jour le jour. Elle donne l’image d’une fille sûre d’elle mais à l’intérieur se trouve toujours la petite fille terrorisée, qui a peur du noir, de sa famille, peur d’être touchée. Tout cela lui amène beaucoup de questions quand elle se retrouve dans l’intimité avec des garçons. Elle sursaute facilement, son cœur s’emballe pour un rien. Mais elle s’arrange toujours pour cacher tout cela. Les malaises sont toujours là et sont son pire fléau. Ils arrivent quand elle le voudrait le moins mais tente de vivre comme tout le monde. Et à vrai dire, tant qu’elle continue à reste un mystère pour les gens, elle y arrive plutôt bien.

A l'âge de quinze ans, Nao a pris la décision de s'écarter aussi physiquement que possible d'Astrid. Elle se décolora les cheveux de manière irréversible. Elle put enfin se regarder dans le miroir sans y voir le reflet plus doux de son horrible et sœur. Et c'était aussi sa façon à elle de se différencier de sa jumelle. Elle aimait lui ressembler, elle aimait tout chez sa sœur. Mais Nao n'aimait pas qu'on les appelle « les jumelles ». Personne ne prenait la peine, avant, de les considérer comme deux filles différentes, avec des sentiments différents. C'est à peine s'ils connaissaient leurs prénoms. Et depuis qu'elle avait changé physiquement, ça posait beaucoup moins problème.

Bien qu'elles soient inséparables, les jumelles développent aujourd'hui une vie chacune bien à elle. Nao n'aime pas avoir des secrets pour sa sœur et elle tente d'en avoir le moins possible, même si parfois c'est compliqué. Comment pourrait-elle lui avouer un jour qu'elle a, des dizaines de fois, tenté de se tuer dans la douche ? Comment pourrait-elle lui avouer qu'elle s'est toujours vu comme un point mort pour sa jumelle ? Comment pourrait-elle lui avouer qu'elle a toujours eu peur de vivre dans son ombre ? Malgré ça, malgré tout ce qu'elle lui cachait, Nao se sentait mal. Parce que sa jumelle, elle, ne lui avait jamais rien caché. Comme par exemple, ce fameux jour, où elle lui avait expliqué qu'elle avait beaucoup trop de retard dans ses règles pour que ce soit normal. Nao avait tellement été paniquée que la solution avait été difficile à trouver. Cela dit, quand Lucy avait perdu l'enfant à cause d'Astrid, et même si Lucy n'avait pas décidé de le garder, la haine que Nao ressentait envers sa grande sœur fut plus grande que jamais. Dans une aucune histoire, une sœur n'avait jamais autant désiré la mort de celle qui partageait la moité de se gènes…



Une fois l'heure d'aller en cours arrivée, Nao se leva du banc des Serdaigles et se dirigea vers le hall. Son sac à bandoulière sur l'épaule gauche, elle avait une démarche légère, sa jupe ondulant à chacun de ses pas. Elle avançait la tête haute, sourire légèrement arrogant aux lèvres, mais elle surveillait les regards autour d'elle. C'est ainsi qu'elle aperçut le regard meurtrier d'une fille. Elle la connaissait, elle savait qu'elle lui avait piqué son copain quelque semaines plus tôt. Visiblement la fille l'avait mal vécu. Surtout que Nao n'avait fait que s'amuser avec le garçon en question. Elle se passa la langue sur les lèvres et élargit son sourire, se montrant confiante. Elle arriva enfin dans le hall et surprit, cette fois, le regard d'un gars. Il la fixa, la suivant du regard. Nao afficha alors un sourire charmeur en l'ignorant. La journée commençait à merveille…

       
De l'autre coté de l'écran

♪ Pseudo/prénom Nao
♪ âge 23
♪ Présence 8/7
♪ tu nous as trouvés comment ? Suis la fonda x)
♪ Une dose d'amour ? nop, j'préfère le sexe <3
       
©louha
Revenir en haut Aller en bas
✝ PNJ ✝
avatar : le choixpeau
Messages : 21
Date d'inscription : 07/12/2014

RP'zone
Sang: né-moldu
Boutique:
Année: 1ere année
avatar
✝ PNJ ✝
Le Choixpeau
                                                          
MessageSujet: Re: ♂ Rape me my friend. Rape me again. ♀ ~ Nao  Ven 19 Déc - 21:42

Bienvenue parmi nous !
Félicitations jeune Serdaigle


Te voilà enfin validé et je te sens prêt à te lancer corps et âme dans le RP. Mais laisse moi te dire un petit mot d'abord :

allez, file jouer soeurette !

Il te faut désormais venir valider ton avatar ici et ton patronus ici (attention, pas plus de quatre personnes sur le même patronus!).
Tu peux désormais te rendre ici pour lire tout ce qu'il faut afin de tout savoir sur le fonctionnement de cette école.
N'hésite pas à te rendre ici pour suivre les intrigues et y participer, afin de te tenir au courant de ce qu'il se passe dans les couloirs.
Si tu veux faire partie d'une équipe de Quidditch, de l'équipe du journal, ou encore si tu veux réclamer tes joyaux c'est ici que ça se passe.
Si tu veux connaître le nom de tes professeurs, va faire un tour dans les postes vacants.
Enfin, nous te conseillons de faire une jolie fiche de liens ici afin de te faire rapidement des amis (elle n'est pas obligatoire).

A bientôt sur les topics je l'espère !
©louha
Revenir en haut Aller en bas
 

♂ Rape me my friend. Rape me again. ♀ ~ Nao

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Prix des montres hautes horlogeries justifiées?
» Watch for friends (Helmut Leitner) - Des feedbacks ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hominum Revelio :: Let's play :: Passage du Choixpeau :: Féliciations, vous êtes un sorcier!-