AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue dans notre petite famille
Venez, on ne mord pas, et on adore les RP
Sang Pur
Les inscriptions pour des Sang-Purs sont règlementées. Merci de lire ce sujet
Les maisons
Merci de ne pas oublier qu'il n'y a pas que Serpentard et Gryffondor : les Pouffy's ont aussi besoin de vous pour gagner la coupe des maisons !
Hogwarts Games
Vite vite! Viens voir! Le Hogwarts Game de la semaine est lancé : Ici

Partagez | .
 

 Marche droit devant toi, marche droit devant toi [Kairi]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
ღ Ravenclaw ღ
avatar : Taylor Swift
Messages : 41
Date d'inscription : 19/06/2015

RP'zone
Sang: mêlé
Boutique:
Année: 6ieme année
avatar
ღ Ravenclaw ღ
Jesse A. Anderson
                                                          
MessageSujet: Marche droit devant toi, marche droit devant toi [Kairi]  Mer 24 Juin - 17:21

Ce matin, il n’y avait pas cours, aussi notre petite Jesse en profitait pour trainer allégrement dans son lit. Ah ! Les weekends ! On devrait songer à en rajouter tout au long de la semaine, histoire d’alléger le tout. La jeune fille écarta les rideaux de son lit pour observer la pendule. Dix heures passées ! Quel bonheur ! Pouvoir dormir jusque là sans que son père ne lui hurle de venir la rejoindre à six heures pour une inspection dans la cour ! Elle avait signé nulle part, elle pour aller s’aligner vers ces gogols de soldats ! Enfin, ça bien sûr son père ne l’avait jamais entendu ! Elle voulait vivre !

Jesse se leva et constata qu’elle était l’une des dernières présentes dans le dortoir des bleus et bronze. Qu’est-ce qu’ils pouvaient être matinaux ! Bon, ça va, c’est pas comme si elle se levait à midi, non plus ! Et puis ce n’était pas tous les samedis, mais de temps en temps, c’était la petite touche de bonheur qui lui rappelait les bienfaits de ne pas être à la maison. Tout comme le fait de manger son cher et tendre chocolat ! La jeune fille croqua avec bonheur dans une de ses tablettes tout en s’habillant.

Le temps n’était pas excellent en ce début Novembre mais ça pouvait être pire. Aussi décida-t-elle d’aller faire un tour dans le parc, un livre à la main. C’était un livre retraçant des contes et légendes irlandais que la Serdaigle avait déniché dans une petite librairie qui ne payait pas de mine, non loin du chemin de Traverse. Elle aimait beaucoup se renseigner sur ce genre de choses. C’est vrai, elle avait passé son enfance à rêver à tout ce qui était magique et merveilleux pour découvrir que ce monde là existait bel et bien. Alors si Merlin l’enchanteur avait existé, pourquoi pas d’autres ? Elle avait découvert avec bonheur l’existence des sirènes même si elles ne ressemblaient en rien à Ariel, l’adorable petite rousse de chez Disney, mais peu importait au final, tant qu’elles étaient réelles.

C’était un véritable bonheur, d’étudier ici, dans ce bon vieux château digne des plus grands contes de fées. Perdues dans ses pensées, notre petite tête blonde dévale les marches à toute allure, écartant de justesse les étudiants sur son passage. Enfin jusque dans le hall d’entrée où elle se prend quelqu’un de plein fouet.

- Aie ! Tu peux pas regarder devant toi ?! couina notre Jesse de mauvaise foi (comment ça ?) (ben ma chérie, c’est toi qui ne regardait pas devant toi !) (mais chut ! c’est pas vrai !)

Soucieuse de son livre notre Serdaigle préférée se rue sur lui avant toute chose. Ce n’est qu’en se redressant son ouvrage serré contre son cœur que la jeune fille se retourne vers la personne bousculé, assez étonnée de n’avoir toujours rien entendu de la part de celle-ci. Ben oui, elle est consciente tout de même que c’est de sa faute ! Quelle ne fut pas sa surprise de découvrir une tête bien connue !

- Kairi ! Nom d’un scroutt, je suis désolée ! ça va, pas de bobo ? dit-elle en se précipitant vers son amie, nouvellement muette, quêtant un signe quelconque de sa part signifiant que tout allait bien.
En même temps, il vaut mieux que ce soit toi qu’un autre Kairi. Ajouta-t-elle alors avec un sourire malicieux. Tu fais très bien la quille Kairi-chérie !

____________
Mon amour je t'ai vu
Au beau milieu d'un rêve
Mon amour un aussi doux rêve
Est un présage d'amour
 Belle au bois dormant + smoak.
Revenir en haut Aller en bas
https://linyinlove.wordpress.com/
ღ Hufflepuff ღ
avatar : Jenna-Louise Coleman
Messages : 148
Date d'inscription : 23/02/2015

RP'zone
Sang: né-moldu
Boutique:
Année: 7ieme année
avatar
ღ Hufflepuff ღ
Kairi S. Destiny
                                                          
MessageSujet: Re: Marche droit devant toi, marche droit devant toi [Kairi]  Ven 26 Juin - 0:19

Jesse Ҩ Kairi
Marche droit devant toi, marche droit devant toi…


L

e week-end, tout le monde en profitait pour dormir plus longtemps que d’habitude, se relaxer, flâner au lit. D’habitude j’aime aussi faire ça et même parfois j’aimais dormir jusqu’à pas d’heure et rater le petit-déjeuner ! Mais après j’avais toujours tendance à le regretter – car qui dit dormir aussi longtemps dit ne pas pouvoir faire autre chose – et afin d’alléger ma conscience par la suite, j’avais tendance à travailler mes cours et Sortilèges Informulés toute la journée. Aujourd’hui je ne voulais pas que ça tourne comme ça : je préférai avoir ma soirée de libre. Je m’étais donc levée plus tôt que toutes les autres filles dans mon dortoir, au moins je pourrais avoir la salle de bain des Poufsouffles pour moi toute seule ! Sortant de mes couvertures, je jetai un coup d’œil par la fenêtre afin de me rendre compte que ce week-end serait plutôt gris. Pas un temps idéal pour un mois de novembre : mais au moins il ne pleuvait pas ! Ou pire : il ne neigeait pas ! Après ce détour par la salle d’eau, je terminais mon périple dans la Grande Salle afin de prendre un petit-déjeuner. Nous n’étions pas beaucoup à être déjà présent : la grisaille avait dû persuader plus d’un de rester encore un peu couché, mais j’appréciais le calme qui régnait. En ce moment, ma balance interne oscillait entre le fait d’être toujours accompagnée avec des personnes qui parlent, qui ont une certaine joie de vivre ; et ces moments de tranquillité absolue où chacun se repliait plus ou moins sur ses propres pensées. Ça me permettait de me recentrer parfois. Quand j’en avais besoin. Alors que je m’installais quelqu’un avait laissé un exemplaire du journal de l’école, je l’attrapais d’une main et le lisais distraitement tout en mangeant. Disons que je ne suis pas fan de ce genre de lecture d’habitude, c’est un petit peu comme les magazines people qui existaient chez les Moldus : beaucoup de gens en sont très friands, moi pas du tout. Mais vu que je n’avais rien d’autre à faire, j’avais décidé de leur laisser une chance de me faire changer d’avis…

Mon programme de la journée était simple : la pratique des Sortilèges Informulés m’ayant quelque peu gonflée la tête comme un ballon de Quidditch, j’avais décidé de continuer un autre apprentissage, celui de la langue des signes. Même si je me posais toujours la question : est-ce que cela me serait vraiment utile ? Après tout, très peu de personne savait la parler ou encore la comprendre, mais ça me donnait une certaine satisfaction. Comme si j’avais trouvé un autre moyen de parler, de pouvoir communiquer aussi facilement que le flot de mes pensées. Alors qu’importe si je devais être la seule au monde à me comprendre avec mes gestes, je continuerai à l’apprendre ! Me dirigeant vers la bibliothèque, je me disais qu’il faudrait peut-être que je l’emprunte pour une plus longue durée ce bouquin. Après tout il était caché dans la section Moldus et hormis les cours obligatoires et plus tard l’option qu’on pouvait prendre sur l’Histoire des Moldus, personne ne devait vraiment s’attarder dans cette section. Chose dite, chose faite : après avoir pratiqué quelques gestes durant un bon moment entre les étagères, le livre en main ; j’étais finalement reparti avec ce dernier sous le bras qui allait maintenant élire domicile sous mon lit, à porter de main…

Je ne remarquais que maintenant que j’avais étudié à la bibliothèque plus longtemps que je ne le pensais : en passant à côté d’une fenêtre, je voyais qu’il faisait déjà plus jour. Et en vérifiant une des horloges, je remarquais qu’il était déjà plus tard dans la matinée. Guidée dans le hall d’entrée, les étudiants se faisaient déjà beaucoup plus nombreux dans les escaliers, et moi j’avais besoin de passer près des cuisines afin de rentrer dans mon dortoir. Apparemment je ne faisais pas attention à grand-chose autour de moi car je ne pus éviter la collision. La collision avec une autre élève qui elle aussi avait dû être perdue dans ses pensées comme moi. La simple collision me suffit à perdre l’équilibre et à me faire tomber par terre, les fesses en premières. « Aie ! Tu peux pas regarder devant toi ?! » Me frottant l’arrière de la tête comme pour atténuer la résonnance du choc dans mon corps, la voix de la jeune fille tilta dans mon esprit. Je connaissais cette voix. Une main se mit à chercher un livre qu’elle sembla avoir fait voler au passage. Le mien était bien toujours dans mon autre main. Je n’arrivais peut-être pas à tenir debout, mais j’arrivais au moins à tenir un livre ! Relevant la tête je reconnus tout de suite ce visage et cette chevelure blonde : Jesse ! Un petit sourire étira mes lèvres alors qu’elle me reconnut également : « Kairi ! Nom d’un scroutt, je suis désolée ! ça va, pas de bobo ? » Je lui fis signe en formant un ‘’o’’ avec mon pouce et mon index – comme le signe que les plongeurs utilisaient pour signifier que tout était ok, que tout allait bien – pour lui dire que tout allait bien. « En même temps, il vaut mieux que ce soit toi qu’un autre Kairi. Tu fais très bien la quille Kairi-chérie ! » Riant silencieux face à sa remarque et à son petit sourire, d’un petit mouvement de la tête, je la remerciais de son compliment en articulant par la même occasion le mot « Mer-ci. » Même si les gens ne savent pas lire sur les lèvres, celui-là tout le monde arrivait à peu près à le comprendre.

Sortant mon calepin de ma poche, je me mis machinalement à écrire ce qui me passais par la tête pour pouvoir par la suite le lui montrer : « Je suis désolée, je ne t’avais pas vu, Jesse-darling. Tu ne m’en veux pas trop, j’espère ? » J’accompagnais le tout d’un petit regard, un peu comme celui du chat potté que Jezabelle était en train de m’apprendre. Tant que je ne l’utilisais pas contre elle. Certes, il était encore en rodage mais ça venait tout doucement. Riant légèrement une nouvelle fois, je me souvenais finalement que Jesse préférait largement deviner ce que je voulais dire que de le lire. Certes c’était parfois beaucoup plus difficile, mais par la même occasion plus marrant aussi. Mais j’avais pris mon carnet machinalement sans y faire attention car les autres d’habitude n’aiment pas les rébus. « Oups, désolée, c’est presque devenu un réflexe ce carnet ; c’est vrai, tu préfères les rébus toi, non ? » Ecrivis-je rapidement avec un petit sourire. Ce sera peut-être la dernière fois que j’écrirais dedans pour la journée après tout…

Codes par TheBlackDog – OPL.

____________



©BlackJack
Revenir en haut Aller en bas
ღ Ravenclaw ღ
avatar : Taylor Swift
Messages : 41
Date d'inscription : 19/06/2015

RP'zone
Sang: mêlé
Boutique:
Année: 6ieme année
avatar
ღ Ravenclaw ღ
Jesse A. Anderson
                                                          
MessageSujet: Re: Marche droit devant toi, marche droit devant toi [Kairi]  Mar 30 Juin - 11:55

Non mais franchement, c’était pas possible, elle était aussi gracieuse qu’un scroutt à pétard dans un magasin de porcelaine ! Pourtant, ça ne lui ressemblait pas de foncer ainsi dans les gens, d’une manière si cavalière ! Enfin…en même temps comment leur foncer dedans de manière non-cavalière ? C’était illogique ! Bref, Jesse tenta de se faire pardonner auprès de son amie en laissant une petite boutade, histoire de détendre l’atmosphère.
Kairi, toujours aussi bonne public rit silencieusement à sa blague, tout en la remerciant. Enfin, en dessinant le mot « merci » sur ses lèvres serait plus approprié. La jeune fille était incapable de parler depuis quelque temps sans que personne ne sache pourquoi. Y compris la principale intéressée. C’était bizarre cette histoire, tout de même !

Sans lui laisser le temps de dire quoi que soit d’autre- et pour qu’une muette interrompe Jesse, faut être rapide- Kairi avait sorti le petit carnet de sa poche, celui qu’elle emportait désormais partout pour communiquer et y griffonna quelque chose à toute allure.
Jesse ne put réprimer un immense sourire en lisant les excuses de son amie. Non mais sérieusement ?! Elle l’avait pas vu débouler, elle, en vrai danger public ? Bien que d’un an son aînée, Jesse ne pouvait s’empêcher de trouver la Poufsouffle trop touchante de naïveté. Jesse tenta de garder son sérieux un moment pour tenter de lui faire croire, qu’effectivement elle lui en voulait à mort (rien que cette pensée étant déjà une blague. Qui pourrait en vouloir à Kairi ?) mais elle ne put y parvenir en tombant sur son regard implorant.

- Rho mais bien sûr que je t’en veux pas ! T’es jolie comme un cœur avec ta petite bouille d’ange…qui t’en voudrait ? Pas moi, en tout cas, allez viens dans mes bras, petit chat potté.

Jesse la prit d’office dans ses bras pour un gros calin. Elle n’avait jamais eu de sœur mais dans ses rêves, si elle en avait une, elle serait le portrait craché de son amie. Non mais c’est vrai, quoi ! Regardez comme elle est adorable ! La bleue et bronze profita du fait de l’avoir tout prêt d’elle pour lui murmurer à l’oreille.

- …et puis il serait malvenu de ma part de te disputer parce que…pour tout t’avouer, je ne regardais absolument pas où j’allai, perdue dans mes pensées. Enfin tu me connais ! conclut-elle en relâchant son étreinte dans un éclat de rire.

Son sourire se crispa en une petite grimace en voyant la jeune femme se remettre à écrire. Zut ! Elle avait pas fait gaffe au carnet !
Elle dévisagea un moment son amie, fronçant les sourcils mais ne disant rien.  Elle ne lui en voulait pas vraiment mais quitte à être muette, autant exploiter son handicap à fond ! Et puis, Jesse était persuadée que ça pouvait l’aider à la longue. Et oui, le jour où elle aurait pas de carnet comment elle ferait , hein ? Bon d’accord, dans une école on pouvait toujours dénicher papier et crayon, mais n’empêche que…c’était toujours utile de se débrouiller sans ! Et puis il fallait avouer que Jesse adorait rébus et devinettes, c’était tellement plus drôle !
Kairi lui montra son petit mot avec un sourire d’excuse.

- Mouai…bon ça va pour cette fois. Mais attention, où je serais obligée de sévir, la menaça-t-elle faussement, index pointé dans sa direction.

Pour s’assurer de la bonne foi de sa camarade, la bleue et bronze lui chipa le petit carnet au passage. Uhu ! ça allait être comique ! Jesse était passée en mode « jeu ». Son cerveau fonctionnait à toute allure, déjà impatiente et  prête à toute éventualité.
Elle feuilleta rapidement le carnet, y lisant quelques phrases basiques par-ci, par-là.

- Franchement Kairi pour certaines choses, avoue que tu n’en as pas vraiment besoin de ce carnet. Regarde moi aussi je vais te parler sans parler.

Avoue, ah ah. Pour faire parler une muette il fallait être forte. Bon c'était pas très fin tout ça mais faut pas lui en vouloir, les jeux de mots c'est son dada ! Et puis le "parler sans parler"... On a fait mieux. Oui oui Jesse parle parfois plus vite qu’elle ne pense, je vous l’accorde. Mais bon, c’est aussi ce qui fait son charme, cette spontanéité qui se déploie avec les personnes dont elle se sent proche.

La jeune fille réfléchit un moment à ce qu’elle voulait dire et à la manière de construire son mime. Ah oui, voilà ! Regardant Kairi, elle lui demanda d’un regard si elle était prête. Voyant celle-ci hocher la tête d’un air entendu, Jesse commença. D’abord elle tenta de dessiner dans les airs les contours d’un nuage, y ajouta la pluie en faisant de ses doigts comme si plein de petits traits tombaient sur elle tandis qu’elle tentait de s’en protéger. Puis elle conclut le tout en faisant une croix de ses bras et donc un grand sourire.
Toute rayonnante, Jesse regarda la Poufsouffle.

- Alors, t’as compris ? Tu peux juste hocher la tête, ça suffira, ajouta-t-elle avec un sourire rayonnant, puisque le carnet se trouvait toujours dans sa poche.

En parlant de poche…Jesse fouilla l’une où se trouvait le carnet, puis l’autre sans rien trouver de ce qu’elle cherchait. Mince ! Elle avait cru qu’elle avait pris du chocolat en rab’ pourtant ! ça aurait pu faire une chouette récompense ! En plus le petit déj’ était fini maintenant… Tant pis ! ça lui apprendrait à ne pas prendre de réserve avec elle !

____________
Mon amour je t'ai vu
Au beau milieu d'un rêve
Mon amour un aussi doux rêve
Est un présage d'amour
 Belle au bois dormant + smoak.
Revenir en haut Aller en bas
https://linyinlove.wordpress.com/
ღ Hufflepuff ღ
avatar : Jenna-Louise Coleman
Messages : 148
Date d'inscription : 23/02/2015

RP'zone
Sang: né-moldu
Boutique:
Année: 7ieme année
avatar
ღ Hufflepuff ღ
Kairi S. Destiny
                                                          
MessageSujet: Re: Marche droit devant toi, marche droit devant toi [Kairi]  Jeu 2 Juil - 22:35

Jesse Ҩ Kairi
Marche droit devant toi, marche droit devant toi…


M

’excusant de ne pas l’avoir vue et donc de l’avoir bousculée sans le vouloir, sa réponse ne se fit pas attendre, même si je voyais bien qu’elle avait tenté de faire sembler de me bouder. Mais elle n’avait pas réussi grâce à mon regard imitation chat potté. Les cours de Jezabelle devaient enfin porter leurs fruits ! « Rho mais bien sûr que je t’en veux pas ! T’es jolie comme un cœur avec ta petite bouille d’ange…qui t’en voudrait ? Pas moi, en tout cas, allez viens dans mes bras, petit chat potté. » Souriant face à sa réflexion, je ne me fis pas prier pour accepter son câlin et je me retrouvais très rapidement dans les bras de mon amie. J’adorais les câlins : depuis mon accident j’étais devenue très tactile avec mes amies, surtout les câlins. Pour moi les câlins étaient une des meilleures façons de combattre un moment voir une émotion troublante dans sa vie. Se retrouver dans les bras d’un ou d’une amie, quitte à devoir y pleurer toutes les larmes de son corps, je trouvais qu’il y avait un côté réconfortante dans tout ça. Jesse en profita pour me murmurer à l’oreille : « …et puis il serait malvenu de ma part de te disputer parce que…pour tout t’avouer, je ne regardais absolument pas où j’allai, perdue dans mes pensées. Enfin tu me connais ! » L’instant d’après elle me relâcha avec un petit rire, je pris un air faussement surprise avant de rire à mon tour silencieusement. Mes mimiques faciales étaient également beaucoup plus expressives depuis. On pouvait facilement comprendre mon état par rapport à mon visage. Et les expressions ‘’faussement quelque chose’’, genre ‘’faussement surprise’’ qui à la base étaient déjà exagérées, l’étaient d’autant plus chez moi. L’instant d’après je me souvenais que Jesse était une des rares personnes à adorer jouer aux devinettes avec moi. En clair, elle préférait largement que j’utilise mes mains que du papier pour faire passer mon message. « Mouai…bon ça va pour cette fois. Mais attention, où je serais obligée de sévir… » Me menaça-t-elle faussement son index pointé dans ma direction. J’essayais d’imiter maladroitement un salut militaire avec un large sourire. Elle n’avait pas tort de me forcer à savoir communiquer par autre chose que par mon carnet, car le jour où je l’oublierai je serais perdue sans lieu ! D’ailleurs cela m’était déjà arrivé, et j’avais bien cru que c’était la panique à bord ! Impossible d’aligner deux mots correctement, impossible de me faire comprendre : l’horreur.

L’idée de m’en sépare était devenue une vraie angoisse : et l’instant d’après mon amie Serdaigle me le chipa des mains – lui et le stylo par la même occasion – le feuilleta doucement. Je l’avais vu faire avec une petite moue, et je savais qu’elle voulait m’aider à me débrouiller, mais sur le coup je me sentais presque vide. Avec un carnet au moins, je pouvais écrire, faire passer mon message comme je le voulais : toute la différence du mime. Je commençais certes à apprendre la langue des signes, mais ça m’étonnerait que mon amie ici présente y comprenne quoique ce soit. « Franchement Kairi pour certaines choses, avoue que tu n’en as pas vraiment besoin de ce carnet. Regarde moi aussi je vais te parler sans parler. » La blague était vite sortie, parfois même ce genre de phrases sortaient sans aucune autre intention. Aucune intention de retourner le couteau dans la plaie : venant de Jesse ou de Jezabelle, je le prenais toujours avec humour. Parfois même montrant un air faussement exaspéré. Avec les autres c’était différent. Rangeant mon carnet dans sa poche, elle se prépara à me parler. J’hochais la tête lorsque son regard capta mon attention, me demandant si j’étais prête. Ses mains commencèrent alors à bouger : je devinais un nuage dans les airs et quelque chose qui devait en tomber… De la pluie ! La seconde d’après, elle tremblait et mimait une tentative de se protéger de quelque chose… Se protéger de la pluie ! Concluant le tout en faisant une croix de ses bras… Mon visage s’illumina surement face à ma compréhension. Jesse aurait fait un excellent mime ! « Alors, t’as compris ? Tu peux juste hocher la tête, ça suffira. » Lui rendant son sourire, j’hochais vivement la tête positivement pour lui montrer que son mime était bon, que j’avais tout compris. Pointant mon index vers elle pour la désigner, je levais par la suite les deux pouces lui signifiant que c’était pas mal, avant de faire la classique imitation de la vitre, faite par n’importe quel mime pour lui montrer que c’était un truc qui lui collait à la peau. Je n’étais pas encore très à l’aisance dans ce sujet, mais je sentais qu’aujourd’hui j’allais beaucoup progresser. Tout ça pour lui faire comprendre qu’elle était un bon mime.

L’instant d’après la Serdaigle chercha quelque chose dans sa poche et lorsqu’elle reporta enfin son attention sur moi, je désignais la poche dans laquelle elle venait tout juste de fouiller avant d’hausser les épaules comme si je voulais lui demander silencieusement ce qu’elle cherchait. Mon carnet peut-être ? Elle l’aurait perdu ? Je mimais une forme rectangulaire en l’air censé représenté mon carnet avant de me désigner, le tout avec les sourcils quelque peu froncés. J’espérais que ce n’était pas une blague de sa part. La légère inquiétude devait se lire sur mon visage, pas besoin de mimer quelque chose. Ce carnet c’était devenu une partie de moi, ce qui me permettait de rester en contact avec les autres. Alors bien sûr que je faisais confiance à Jesse, je savais qu’elle n’irait pas le perdre intentionnellement ou le jeter au travers de la forêt interdite. Mais lorsque je ne l’avais plus, je me sentais tout de suite vulnérable, incapable de renouer le contact. Ayant peur de retrouver la même angoisse que ce fameux soir-là. Oui ça m’avait quelque peu traumatisé, malgré le fait que je sois tombée sur la bonne personne, celle qui s’est occupée de moi jusqu’à l’infirmerie et même jusqu’à l’arrivée de l’infirmier. J’avais toujours une certaine peur de me retrouver à nouveau emprise de la même angoisse. Mais avec un léger sourire, je secouais la tête chassant ces pensées noires de mon esprit, relevant la tête vers mon amie blonde.

Codes par TheBlackDog – OPL.

____________



©BlackJack
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
                                                          
MessageSujet: Re: Marche droit devant toi, marche droit devant toi [Kairi]  

Revenir en haut Aller en bas
 

Marche droit devant toi, marche droit devant toi [Kairi]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Marche droit devant toi, marche droit devant toi [Kairi]
» clic-animaux, ça marche !
» utilisation du chronometre et reserve de marche
» Marche pied escamotable
» droit de cession d'elevage ou abandon de portée

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hominum Revelio :: Poudlard :: Rez de Chaussée :: Hall et couloirs-